Fukushima : 777.000 m3 d’eau contenant du tritium seront bientôt rejetés dans l’océan Pacifique

Ajouter cette page à vos favoris

De gros volumes d’eau contenant du tritium en provenance de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, au Japon, pourraient bientôt être rejetés dans l’océan Pacifique. L’exploitant de la centrale Tepco attend désormais l’aval du gouvernement japonais pour rejeter 770.000 m3 d’eau présentant une radioactivité résiduelle.

Lors de l’accident ayant affecté la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi en mars 2011, les phénomènes naturels qui l’ont provoqué ont entraîné une inondation du site générant une accumulation d’eau dans les sous-sols des bâtiments. En outre, depuis l’accident, l’eau assurant le refroidissement des cœurs dégradés des réacteurs s’écoule dans les sous-sols des bâtiments d’où elle est pompée pour assurer à nouveau, après traitement, le refroidissement de ces réacteurs. Un traitement opérationnel depuis octobre 2014 permet de décontaminer ces eaux à l’exception du tritium, celui-ci ne pouvant être extrait industriellement.

Pour l’instant, l’eau partiellement décontaminée est stockée sur le site mais les volumes croissent inexorablement. Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’ensemble des capacités d’entreposage atteignait environ 1.000.000 m3 en mars 2016. Si le tritium est présent naturellement dans le milieu, un relargage massif comme le prévoit Tepco inquiète la population locale et les pêcheurs. La capacité du milieu à « digérer » cette pollution dépendra de la concentration en tritium et des débits rejetés.