Lévothyrox : face à la pénurie, patients et pharmaciens sous pression

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que l’arrivée massive de boites de l’ancienne formule du médicament avait été annoncée, le stock limité a été vite épuisé, laissant les patients dans l’angoisse.

Près de la moitié des 130.000 boîtes de l’ancienne formule du Lévothyrox ont été vendues en deux jours. C’est le chiffre qu’a avancé mercredi l’agence du médicament. Disponible depuis lundi et importé d’Allemagne, ce stock fond comme neige au soleil, ce qui laisse pharmaciens et clients sous pression.

7 pour 300 patients. Inquiets, à bout de nerfs, les patients n’y comprennent plus rien. Ayant du mal à trouver leur traitement, ils font le tour des officines qui n’ont pas assez de boîtes de Lévothyrox et qui n’ont parfois d’autre choix que de rajouter des noms sur des listes d’attente. C’est le cas d’Olivier Charrier, pharmacien installé à Bordeaux : « C’est très complexe, c’est ce que les gens ont un peu de mal à comprendre. Celui qui vient d’arriver vient d’Allemagne, on en a en plus une quantité limitée alors qu’on a annoncé à grand cri qu’il y en aurait pour tout le monde. »

« On nous accuse de meurtrier ». Une nouvelle fois, les chiffres sont évocateurs : « Nous, on en a eu 7 pour à peu près 300 patients, mais j’ai des confrères qui n’en ont eu aucune », indique-t-il, illustrant le problème de la répartition des boîtes délivrées. « On m’a accusé il y a quelques temps d’être de mèche avec les médecins, avec les laboratoires, de cacher la vérité. On nous demande de mettre de côté, si on ne le fait pas, on nous accuse de meurtrier. C’est aussi une des raisons du ras-le-bol, on a dû faire face à tellement d’agressions verbales ! Mais on ne va pas laisser tomber nos patients, on essaye de les rassurer », tempère le pharmacien.

Négligence des médecins ? Ce qui pourrait aussi expliquer ce ras-de-marée dans les pharmacies, c’est la délivrance d’ordonnances même aux patients qui ne présentaient pas d’effets secondaires graves, selon Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens : « On s’aperçoit que la pression a été très forte et que la prescription s’est fait pratiquement en première intention alors qu’elle devait être en dernière intention. » Bonne nouvelle néanmoins, pour tenir une quinzaine de jours jusqu’à la sortie d’un nouveau médicament, le laboratoire allemand Merck a annoncé que 60.000 boîtes supplémentaires de l’ancienne formule du Lévothyrox seront disponibles en fin de semaine.