JURAncien Levothyrox : pas assez de médicaments pour tous les malades ?

L’association française des malades de la thyroïde (AFMT) appelle à un rassemblement ce samedi 7 octobre devant la CPAM de Champagnole.

  • Vu 3585 fois
  • Le 04/10/2017 à 08:01
  • mis à jour à 08:04
  • Chantale Garnier, coprésidente de l’association française des malades de la thyroïde (AFMT). / Photo Élodie CastelliChantale Garnier, coprésidente de l’association française des malades de la thyroïde (AFMT). / Photo Élodie Castelli

La ministre de la Santé Agnès Buzyn l’avait annoncé en septembre : l’ancienne formule du Levothyrox, ce médicament prescrit aux malades de la thyroïde, devait être disponible temporairement à partir du lundi 2 octobre, dans les pharmacies.

Depuis plusieurs mois, de nombreux malades se sont en effet plaints d’effets secondaires indésirables depuis la mise sur le marché de la nouvelle formule du Levothyrox.

« Il n’y aura que 4 ou 5 boîtes d’Euthyrox par pharmacie »

Mais pour Chantale Garnier, coprésidente de l’association française des malades de la thyroïde (AFMT), « il n’y aura que 4 ou 5 boîtes d’Euthyrox (ancienne formule) disponibles dans chaque pharmacie en France. C’est l’Allemagne qui nous dépanne avec ce stock. Les malades doivent retourner chez leur médecin pour avoir une ordonnance d’Euthyrox. Malheureusement, il n’y aura que 90 000 patients sur 3,5 millions de malades en France qui pourront en bénéficier. Le 15 octobre, un autre stock de comprimés L-Thyroxine Henning sera également disponible. En tout, on estime qu’il y aura environ 240 000 personnes soignées convenablement ».

Selon Chantale Garnier, de nombreux malades se sont d’ailleurs déjà rendus à l’étranger pour chercher cette ancienne formule. « Ils étaient tellement mal… Il y a eu des décès, des crises cardiaques, affirme-t-elle. Moi-même j’ai eu des malaises », affirme-t-elle.

« On ne peut plus attendre »

L’association appelle désormais tous les malades à se mobiliser ce samedi 7 octobre lors de rassemblements partout en France. Pour le Jura, ce rassemblement aura lieu à 10 heures devant la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) de Champagnole.

« On veut dire non à la nouvelle formule, explique Chantale Garnier. C’est un appel au secours. On veut le retour à l’ancienne formule. On nous a promis qu’en 2018, l’ancienne formule sera de nouveau en France avec des autorisations de mise sur le marché. En attendant, il faut qu’ils s’activent. On ne peut plus attendre, il y a trop de casse. Il y a un problème avec le Levothyrox, on veut en connaître la cause ».

Élodie Castelli
elodie.castelli@leprogres.fr