Levothyrox. Les pharmaciens tirent la langue

Publié le 11 novembre 2017

image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/11/11/ocp-breizh-dans-la-zone-de-kervoasdoue-est-avec-cerp_3685942_540x327p.jpg?v=1OCP Breizh, dans la zone de Kervoasdoué, est, avec Cerp, l'un des principaux fournisseurs des pharmacies de la Bretagne ouest, notamment pour les médicaments à base de lévothyroxine comme le Levothyrox, l'Euthyrox ou encore le L-thyroxin.
OCP Breizh, dans la zone de Kervoasdoué, est, avec Cerp, l’un des principaux fournisseurs des pharmacies de la Bretagne ouest, notamment pour les médicaments à base de lévothyroxine comme le Levothyrox, l’Euthyrox ou encore le L-thyroxin.

Malgré la présence à Carhaix d’OCP Breizh, l’un des principaux fournisseurs des pharmacies de l’ouest de la Bretagne (jusqu’à Saint-Brieuc et Vannes), les pharmacies de la ville peinent à recevoir les médicaments similaires à l’ancien Levothyrox. Une situation partie pour durer, prévient-on chez OCP Breizh.

Au petit jeu de qui aura des médicaments à base de lévothyroxine, les pharmacies carhaisiennes sont les cordonniers mal chaussés. Rappel des faits. De nombreux malades se sont plaints d’effets secondaires depuis un changement de formule du Levothyrox, fin mars, médicament qui soigne l’hypothyroïdie ou compense l’ablation de la thyroïde, prescrit à près de trois millions de Français. Depuis octobre, un stock limité de 190.000 boîtes d’Euthyrox, similaire à l’ancienne formule du Lévothyrox, ont été distribuées en France.

OCP



fait tourner


L’un des principaux fournisseurs des pharmacies de tout l’ouest de la Bretagne (avec Cerp), OCP Breizh, est installé à Carhaix. Pourtant, les cinq pharmacies carhaisiennes tirent la langue. « On a beaucoup, beaucoup de demandes !, s’exclame une employée de la pharmacie Yveline Briand. Les gens râlent. Certains ont beaucoup d’effets secondaires, on ne sait pas comment en avoir ». « Ça pose problème, confirme le pharmacien Patrick Le Floïc. Même quand certains viennent avec une prescription spécifique, on n’arrive pas à en avoir » . « L’ancienne formule est en rupture partout mais on nous avait prévenus que ce ne serait qu’un dépannage provisoire », rappelle-t-on à la pharmacie Kérouédan. À la pharmacie du Poher, cependant, « dès le départ, on a eu du mal à être approvisionné. On essaie d’expliquer le problème, il y a des gens compréhensifs ». « On a une boîte tous les deux jours, c’est vraiment galère, confie le pharmacien Jean-François Birrien, à la pharmacie Cabon-Birrien. C’est usant. La communication a été mauvaise.

Certains clients ont été agressifs. On leur explique avec ce qu’on a comme information. On leur dit surtout d’aller voir leur médecin et de refaire une prise de sang. Le principal avec ce médicament, c’est qu’il faut une stabilité. Ça ne sert à rien de changer de formule si ça fonctionne avec une autre ». « Et il vaut mieux prendre le médicament avec des effets secondaires que rien du tout », rappelle Patrick Le Floïc. « C’est très compliqué pour les malades, décrit Marie-Laure Lallouette, à la pharmacie Stricot. Souvent, ils gardent la nouvelle formule. Il faut attendre que les centres de distribution soient réapprovisionnés ».

« Nous essayons de gérer »


« Nous essayons de gérer au mieux, dans la limite de nos stocks, reconnaît, de son côté, le fournisseur OCP Breizh, basé à Carhaix, par la voix de son pharmacien délégué, Mathieu Vourch. À OCP, nous avons reçu la moitié des boîtes d’Euthyrox disponibles, à livrer dans toute la France. Nous avons livré une boîte par dosage et par médecin. Nous n’avons plus d’Euthyrox. Peut-être le mois prochain. Nous sommes réapprovisionné tous les trois mois ». « Les labos en reçoivent au compte-gouttes, ils essaient de répartir comme ils peuvent, sait Jean-François Birrien. Dans l’ensemble, ça se passe bien, mais on a beaucoup de pression des patients. » D’autres médicaments feront leur apparition en pharmacie à partir de mi-novembre. C’était déjà le cas du L-thyroxin. Mais même pour ces nouveaux venus « Ça va être au compte-gouttes », prévient l’employé d’OCP Breizh.

Pratique
Numéro vert pour répondre aux inquiétudes des patients traités au Levothyrox : 0800.97.16.53.