La presse internationale s’en mêle une honte pour la France

Le changement de dose d’un médicament (sans avertissement) provoque des milliers de personnes touchées en France

Il y a une grande controverse en France avec de graves conséquences pour les personnes souffrant d’ hypothyroïdie qui prennent le médicament LevothyroxEutirox en Espagne). Le laboratoire de fabrication, Merck , sans avertissement (et avec le consentement des autorités de santé) a changé sa composition en le rendant plus fort et cela entraîne de graves conséquences .

L’hypothyroïdie est une maladie qui se caractérise par une diminution de l’activité fonctionnelle de la glande thyroïde et une diminution de la sécrétion des hormones thyroïdiennes . Il est assez fréquent, en fait , en France , il y a trois millions de personnes qui souffrent et tous les six mois vont à votre contrôler endocrinologue ou générale , il cause le dysfonctionnement de cette glande peut signifier d’ autres dysfonctionnements du rythme de nombreuses activités du corps .Hypothyroïdie lévothyrox

Pour « ajuster » l’hormone thyroïdienne, le médicament Levothyrox est utilisé. Tous les médicaments ne portent pas les mêmes excipientsou les mêmes milligrammes de principe actif et cela peut sérieusement affecter le patient.

En France et ici en Espagne il y a des médicaments génériques, mais comme je l’ ai remarqué un médecin qui a travaillé de nombreuses années dans le pays voisin, l’écriture de médecin français qui a la main la plus large et tournant les yeux faits en ce qui concerne les médicaments marque .

Là comme ici si vous êtes un médecin vous récompense pour donner générique, mais peut parfois pas et Levothyrox le cas d’un médicament très spécifique est l’un d’entre eux.

En Mars, Merck a changé la formule sans avertissement. Si le dosage du générique est correct, de 95 à 105 mg d’ingrédient actif (idéalement 100 mg), le médicament Merck est venu présenter jusqu’à 110 mg. En quatre ou cinq mois, ceux qui l’ont pris ont commencé à se sentir mal. Plus de 5 000 personnes sont touchées (bien qu’elles soient déjà estimées à 9 000).

Les effets secondaires au – delà de ce qui serait une surstimulation de l’hormone de la thyroïde qui se traduit par des tremblements, une perte de poids rapide, la diarrhée, la peau sèche, l’ excitation et la nervosité extrême, tachycardie, arythmie ou à l’ inverse, l’ hypothyroïdie, la fatigue extrême, l’ obésité, la dépression marquée , bradycardie et arythmies.

Hypothyroïdie euthyroïdienneImaginez le panorama. De plus le malade de la thyroïde est très sensible à tout changement de dose. Autant que ce médecin qui me dit ce qui se passe en France me dit

« Nous sommes souvent obligés de » jouer avec les doses «  ».

Un article du prestigieux journal Libération intitulé Levothyrox, l’incroyable légèreté des autorités .

Selon lui, Merck n’a ni notifié ni mis en place un dispositif de pharmacovigilance .

Le journal français indique que l’affaire Levothyrox est la caricature d’une situation dans laquelle les autorités agissent en tant que complices du laboratoire . Étant donné que, comme nous l’avons expliqué, le dosage de ce médicament particulier doit être très précis, les changements dans les doses ont conduit à des milliers de réclamations par les utilisateurs.

L’ agence nationale pour la sécurité des médicaments (ANSM), dit Libération, a traité le problème de manière «distraite» en l’écrivant doucement. « Il a fait le minimum, il n’a rien dit. »

L’autorité sanitaire s’est contentée d’envoyer une lettre très douce aux médecins après que les premiers articles parus dans la presse aient révélé ce qui se passait. Il est clair que, comme le souligne le journal, en matière d’effets secondaires, nous devons savoir écouter les personnes affectées. Une femme de 53 ans qui a parlé à une émission de télévision française appelée Hello Doctor a  expliqué:

J’ai commencé avec le nouveau Levothyrox en mai dernier et j’ai commencé à ressentir beaucoup de fatigue , de problèmes digestifs, de gaz, de bouffées de chaleur. J’ai un blister des anciens ou la formule précédente et je vais commencer à le prendre maintenant.  » Un autre patient a commenté:

Après dix jours de traitement, j’ai commencé avec des douleurs dans la jambe droite qui atteignent le rein, des douleurs musculaires et lombaires atroces qui sont devenues une épreuve, après avoir marché pendant dix minutes la douleur s’est aggravée. Je me tiens mal et assis aussi . Mon médecin est inquiet parce que la douleur a commencé dans l’aine droite et dans les reins, ce qu’on appelle une échographie abdominale a montré aucune découverte, aucune des calculs biliaires, le foie, la rate et le pancréas sont très bien, tout gynécologique bien. C’était exaspérant !!!! « 

Selon le journal français, tous les pays sont impliqués. Merck se défend endisant que ce produit n’est pas toujours stable et c’est de là que vient cette légère surdose. L’agence française qui réglemente les traitements sanitaires a demandé à Merck de changer sa composition et le laboratoire s’excuse de ces changements en disant qu’ils sont les excipients les coupables des réactions adverses, les chimies qui aident à stabiliser le principe actif, l’hormone thyroïdienne .

Les mécanismes de pharmacovigilance ont échoué. Une simple lettre aux médecins et aux pharmaciens, lorsque le scandale a déjà éclaté, semble être un mécanisme rare. Mon informateur me dit que la communication était brève:

Il a dit que changé les excipients pour stabiliser le médicament plus , mais cela n’attire pas que beaucoup d’ attention lorsque vous utilisez Levothyrox tous les jours et les patients vont bien ».

Le centre de pharmacovigilance de Toulouse est submergé par le nombre de plaintes quotidiennes qu’il reçoit, environ 50 par jour. Les autorités n’ont pas pris conscience des conséquences drastiques de ce problème, selon Libération. Ils réagissent tardivement (en Espagne, la même chose ou pire, car l’ agence de médicaments en France a fait du bon travail ces dernières années).

En Espagne, certaines personnes m’ont fait part de leurs préoccupations. Je ne sais pas comment ça se passe aujourd’hui mais nous ferons de notre mieux pour le savoir.

Comunicado #SOCHED ante posibles efectos adversos asociados a uso de #Levotiroxina

Le changement de dose d’un médicament (sans avertissement) provoque des milliers de personnes touchées en France

Il y a une grande controverse en France avec de graves conséquences pour les personnes atteintes d’une maladie thyroïdienne qui prennent le médicament Levothyrox ( Eutirox en Espagne). Le laboratoire de fabrication, Merck , sans avertissement (et avec le consentement des autorités de santé) a changé sa composition en le rendant plus fort et cela entraîne de graves conséquences .

365. C’est le nombre vertigineux de plaintes déposées le 17 octobre 2017 par des patients traités avec la nouvelle formule Levothyrox. En septembre, les premiers échos insatisfaits des patients dénoncent les effets secondaires de cette version, lancée en mars sur le marché.

Alors que le siège de l’ Agence des médicaments (ANS) a été perquisitionné le mardi 17 Octobre, elle a dit le 11 Octobre, selon de ses recherches, les troubles secondaires   étaient dus à « un déséquilibre de la thyroïde »   causée par le changement de traitement et  Non à la nouvelle formule. Cependant,  l’agence est déjà couverte par le procureur de Marseille  dans le cadre de l’enquête préliminaire pour  «tromperie aggravée, intégrité physique involontaire et mise en danger de la vie d’autrui». 

Le siège de Merck à Lyon, un laboratoire et fabricant allemand, a également été perquisitionné le 3 octobre. La ministre de la Santé elle-même a été mise en évidence dans cette affaire.

La formule précédente a été remise sur le marché le 2 octobre, avec   le stock en deux jours seulement  . Trois millions de Français  sont concernés par ce traitement pour leurs troubles thyroïdiens.

Depuis le lundi 2 octobre, la formule précédente de Levothyrox était à nouveau disponible en pharmacie. Près de la moitié des 130 000 boîtes importées d’Allemagne sous le nom d’Euthyrox ont été vendues en deux jours seulement. Selon le bilan basé sur les chiffres recueillis mardi 3 octobre, 60 000 boîtes de médicaments ont été vendues.

 »  Ensuite, il reste 70 000 boîtes  pour les patients qui pourront s’en débarrasser dans les prochains jours », a déclaré à l’AFP l’AFP. « De plus, il y a un stock de 60 000 boîtes supplémentaires qui pourraient être disponibles d’ici la fin de la semaine », a ajouté la source.

Les stocks ne sont pas épuisés  , dit l’ANSM, qui « travaille avec le laboratoire Merck pour permettre d’autres approvisionnements Euthyrox ».

Ils évoquent des conséquences particulièrement désagréables, telles que des  crampes, des maux de tête, des vertiges ou une perte de cheveux. Une pétition demandant le retour de la formule précédente a recueilli plus de  170 000 signatures  et marqué le début du scandale.

L’hypothyroïdie est une maladie qui se caractérise par une diminution de l’activité fonctionnelle de la glande thyroïde et une diminution de la sécrétion des hormones thyroïdiennes . Il est assez fréquent, en fait , en France , il y a trois millions de personnes qui souffrent et tous les six mois vont à votre contrôler endocrinologue ou générale , il cause le dysfonctionnement de cette glande peut signifier d’ autres dysfonctionnements du rythme de nombreuses activités du corps .Hypothyroïdie lévothyrox

Pour « ajuster » l’hormone thyroïdienne, le médicament Levothyrox est utilisé. Tous les médicaments ne portent pas les mêmes excipientsou les mêmes milligrammes de principe actif et cela peut sérieusement affecter le patient.

En France et ici en Espagne il y a des médicaments génériques, mais comme je l’ ai remarqué un médecin qui a travaillé de nombreuses années dans le pays voisin, l’écriture de médecin français qui a la main la plus large et tournant les yeux faits en ce qui concerne les médicaments marque .

Là comme ici si vous êtes un médecin vous récompense pour donner générique, mais peut parfois pas et Levothyrox le cas d’un médicament très spécifique est l’un d’entre eux.

En Mars, Merck a changé la formule sans avertissement. Si le dosage du générique est correct, de 95 à 105 mg d’ingrédient actif (idéalement 100 mg), le médicament Merck est venu présenter jusqu’à 110 mg. En quatre ou cinq mois, ceux qui l’ont pris ont commencé à se sentir mal. Plus de 5 000 personnes sont touchées (bien qu’elles soient déjà estimées à 9 000).

Les effets secondaires au – delà de ce qui serait une surstimulation de l’hormone de la thyroïde qui se traduit par des tremblements, une perte de poids rapide, la diarrhée, la peau sèche, l’ excitation et la nervosité extrême, tachycardie, arythmie ou à l’ inverse, l’ hypothyroïdie, la fatigue extrême, l’ obésité, la dépression marquée , bradycardie et arythmies.

Hypothyroïdie euthyroïdienneImaginez le panorama. De plus le malade de la thyroïde est très sensible à tout changement de dose. Autant que ce médecin qui me dit ce qui se passe en France me dit

« Nous sommes souvent obligés de » jouer avec les doses «  ».

Un article du prestigieux journal Libération intitulé Levothyrox, l’incroyable légèreté des autorités .

Selon lui, Merck n’a ni notifié ni mis en place un dispositif de pharmacovigilance .

Le journal français indique que l’affaire Levothyrox est la caricature d’une situation dans laquelle les autorités agissent en tant que complices du laboratoire . Étant donné que, comme nous l’avons expliqué, le dosage de ce médicament particulier doit être très précis, les changements dans les doses ont conduit à des milliers de réclamations par les utilisateurs.

L’ agence nationale pour la sécurité des médicaments (ANSM), dit Libération, a traité le problème de manière «distraite» en l’écrivant doucement. « Il a fait le minimum, il n’a rien dit. »

L’autorité sanitaire s’est contentée d’envoyer une lettre très douce aux médecins après que les premiers articles parus dans la presse aient révélé ce qui se passait. Il est clair que, comme le souligne le journal, en matière d’effets secondaires, nous devons savoir écouter les personnes affectées. Une femme de 53 ans qui a parlé à une émission de télévision française appelée Hello Doctor a  expliqué:

J’ai commencé avec le nouveau Levothyrox en mai dernier et j’ai commencé à ressentir beaucoup de fatigue , de problèmes digestifs, de gaz, de bouffées de chaleur. J’ai un blister des anciens ou la formule précédente et je vais commencer à le prendre maintenant.  » Un autre patient a commenté:

Après dix jours de traitement, j’ai commencé avec des douleurs dans la jambe droite qui atteignent le rein, des douleurs musculaires et lombaires atroces qui sont devenues une épreuve, après avoir marché pendant dix minutes la douleur s’est aggravée. Je me tiens mal et assis aussi . Mon médecin est inquiet parce que la douleur a commencé dans l’aine droite et dans les reins, ce qu’on appelle une échographie abdominale a montré aucune découverte, aucune des calculs biliaires, le foie, la rate et le pancréas sont très bien, tout gynécologique bien. C’était exaspérant !!!! « 

Selon le journal français, tous les pays sont impliqués. Merck se défend en disant que ce produit n’est pas toujours stable et c’est de là que vient cette légère surdose. L’agence française qui réglemente les traitements sanitaires a demandé à Merck de changer sa compositionet le laboratoire s’excuse de ces changements en disant qu’ils sont les excipients les coupables des réactions adverses, les chimies qui aident à stabiliser le principe actif, l’hormone thyroïdienne .

Les mécanismes de pharmacovigilance ont échoué. Une simple lettre aux médecins et aux pharmaciens, lorsque le scandale a déjà éclaté, semble être un mécanisme rare. Mon informateur me dit que la communication était brève:

Il a dit que changé les excipients pour stabiliser le médicament plus , mais cela n’attire pas que beaucoup d’ attention lorsque vous utilisez Levothyrox tous les jours et les patients vont bien ».

Le centre de pharmacovigilance de Toulouse est submergé par le nombre de plaintes quotidiennes qu’il reçoit, environ 50 par jour. Les autorités n’ont pas pris conscience des conséquences drastiques de ce problème, selon Libération. Ils réagissent tardivement (en Espagne, la même chose ou pire, car l’ agence de médicaments en France a fait du bon travail ces dernières années).

En Espagne, certaines personnes m’ont fait part de leurs préoccupations. Je ne sais pas comment ça se passe aujourd’hui mais nous ferons de notre mieux pour le savoir.