L’autorité de la concurrence Britannique (CMA) lance une enquête contre le laboratoire Canadien Concordia qui aurait abusé de son monopole pour surfacturer la sécurité sociale Britannique (NHS).

Le prix de la T3 (donnée en cas d’intolérence à la T4, c’est à dire au levothyrox) a été multiplié par 60 du prix entre 2007 et 2017 :

Augmentation de 4,46 livres en 2007 à 258,19 livres en 2017. Gain estimé à 100 millions de livres. (A peu près autant d’euros).

Concordia s’expose à une amende élevée.

2 nouveaux labos ont obtenus une licence pour mettre fin au monopole.
L’association des malades Britanniques dit que des patients ont été choqués.
L’organisme représentant les pharmaciens soutiennent l’enquête.


Article traduit par google avec corrections :

 La firme pharmaceutique Concordia a surfacturé le NHS avec une hausse de 6 000% des prix, indique une autorité de contrôle.

Le CMA accuse la firme canadienne de surcharger de 100 millions de livres sterling le prix de médicaments thyroïdiens dont le prix par boite est passé de 4,46 à 258 livres sterling en 10 ans.

La Liothyronine a coûté au NHS 4,46 £ par paquet en 2007, mais 258 £ par paquet en 2017, bien que les coûts de production soient restés globalement stables.

Julia Kollewe

Mardi 21 novembre 2017 13h50 GMT
Première parution le mardi 21 novembre 2017 08.44 GMT

Concordia International, la compagnie pharmaceutique canadienne, a surfacturé le NHS de plus de 100 millions de livres dans la dernière décennie pour un médicament thyroïdien qui change la vie, selon l’autorité de la concurrence britannique.

L’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) a estimé provisoirement que Concordia avait « abusé de sa position dominante pour surcharger le NHS » en augmentant de près de 6 000% le prix de la liothyronine, utilisée pour soigner les patients thyroïdiens inactifs entre 2007 et 2017 .

Le régulateur a déclaré que le NHS avait dépensé plus de 34 millions de livres sur le médicament l’année dernière, contre 600 000 livres en 2006. Le montant payé par paquet est passé de 4,46 livres sterling en 2007 à 258,19 livres en juillet 2017.

Le prix unitaire d’une pilule est passé de 16p à 9,22 £, même si les coûts de production sont restés globalement stables au cours de cette période, a indiqué le CMA.

Concordia pourrait être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires annuel mondial.

La Liothyronine en comprimés est utilisée pour traiter l’hypothyroïdie, une condition causée par une déficience de l’hormone thyroïdienne qui affecte au moins deux personnes sur 100 et peut conduire à la dépression, à la fatigue et au gain de poids.

Pour beaucoup de patients, il n’y a pas d’alternative et, jusqu’à cette année, Concordia était le seul fournisseur. Cet été, la société britannique Morningside Healthcare et la société israélienne Teva ont obtenu des licences pour fournir le médicament.

Le médicament, une version synthétique de l’hormone T3, est pris par des patients qui ne répondent pas bien à l’alternative la moins chère, la lévothyroxine. Il est vendu à travers l’Europe pour quelques centimes par comprimé.

Le directeur général de la CMA, Andrea Coscelli, a déclaré: « Les compagnies pharmaceutiques qui abusent de leur position et de la surtaxe pour les médicaments obligent le NHS – et le contribuable britannique – à payer plus cher que d’autres traitements médicaux importants. »

« Nous alléguons que Concordia a utilisé sa domination du marché dans la fourniture de comprimés de liothyronine pour faire exactement cela. »

« A ce stade de l’enquête, nos conclusions sont provisoires et il n’y a pas eu de décision définitive qu’il y ait eu violation du droit de la concurrence. Nous examinerons attentivement toutes les représentations des entreprises avant de décider si la loi a été violée. »

Concordia et les sociétés de financement par capitaux propres Cinven et HgCapital, les anciens propriétaires d’Amdipharm Mercury, qui a été acquise par Concordia en 2015, ont été invités à répondre aux conclusions.

Concordia a déclaré qu’elle examinerait les conclusions, mais a ajouté: « Nous ne croyons pas que la loi sur la concurrence a été violée. Le prix de la liothyronine a été ouvertement et de manière transparente avec le ministère de la Santé au Royaume-Uni sur une période de 10 ans. »

« Au cours de cette période, des investissements importants ont été réalisés dans ce médicament afin d’assurer sa disponibilité continue pour les patients au Royaume-Uni, conformément aux spécifications requises par l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé au Royaume-Uni. »

La British Thyroid Foundation (fondation Britannique pour la Thyroïde) a déclaré: « Il y a beaucoup de patients thyroïdiens qui nous ont dit que ce médicament fait une énorme différence dans leur vie et que la hausse énorme des prix a causé beaucoup de confusion et de détresse. »

« Nous attendons avec impatience la décision finale de l’AMC et nous espérons vivement qu’elle permettra d’améliorer les soins aux patients atteints d’hypothyroïdie. »

L’organisme de l’industrie pharmaceutique a déclaré qu’il « ne soutient en aucune façon les +hausses de prix+ délibérées des compagnies pharmaceutiques ».

Mike Thompson, directeur général de l’Association de l’industrie pharmaceutique britannique, a déclaré: « Nous soutenons pleinement la CMA dans ses actions en cas d’abus avéré de pouvoir de marché. Nous continuons également d’aider le gouvernement à prendre des mesures pour éviter que de tels abus ne se reproduisent à l’avenir.. ».

« Cette affaire est encore à conclure, mais nous ne soutenons pas – et nous ne le ferons pas – toute entreprise qui aurait intentionnellement exploité le NHS. »

Dans un document de consultation publié en juillet, NHS England a recommandé que les fiducies de santé ne prescrivent pas la pilule pour les nouveaux patients. Il a dit que c’était cliniquement efficace, mais il y avait des alternatives moins chères.

Concordia fait l’objet d’une nouvelle enquête de la CMA. Le régulateur a déclaré en mars dans une conclusion provisoire que l’entreprise canadienne avait conclu des accords illégaux avec son concurrent Actavis UK pour gonfler le prix des comprimés d’hydrocortisone de sauvetage en Grande-Bretagne.

L’an dernier, la CMA a infligé une amende de près de 90 millions de livres au géant pharmaceutique américain Pfizer et au distributeur de médicaments Flynn Pharma, dont 84 millions de pénalités pour Pfizer, après avoir augmenté de 2 600% le prix facturé au NHS pour un médicament antiépileptique.

Le plus grand fabricant de médicaments britannique, GlaxoSmithKline, et deux autres entreprises ont été condamnés à une amende de 45 millions de livres sterling à cause de l’antidépresseur paroxétine. Les deux décisions sont en appel. L’AMC mène sept autres enquêtes sur des questions de prix des médicaments et de concurrence.