Lettre ouverte de l’AFMT au journal Le Monde

04LE MONDE publication du 29/12/2017 

« Levothyrox : le temps de la raison

Cinq endocrinologues estiment que la crise provoquée par la nouvelle formule du médicament relève d’un « effet nocebo » – le ressenti d’effets indésirables, bénins, à une exposition inoffensive

Une vraie frustration pourrait gagner ceux qui soignent ces patients et qui observent, effarés, cette invraisemblable « crise du Levothyrox ». Notre conscience nous impose une conduite simple. Dire ce que nous pensons. Sereinement. Nos patients et notre discipline, l’endocrinologie, le méritent bien. Nous pensons que les symptômes rapportés comme « effets indésirables » ne peuvent pas être provoqués par les excipients de la nouvelle formulation du médicament du laboratoire Merck.

Le lactose contribuait à une moindre stabilité. L’adjonction de mannitol (un édulcorant des chewing-gums sans sucre) et d’acide citrique (utilisé dans les confitures industrielles) n’est pas à redouter ; le même excipient est utilisé dans les comprimés d’Aspro ou de Doliprane ou le citrate de bétaïne. Les tests chez les sujets sains ont établi une bioéquivalence analogue de la nouvelle formulation. Nous pensons que les symptômes rapportés comme « effets indésirables » ne sont pas en lien avec un « déséquilibre » thyroïdien. Les signalements les plus fréquents (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires, chute de cheveux, troubles digestifs, modifications caractérielles) sont banals, peu spécifiques, peu évocateurs d’un déséquilibre thyroïdien. Le plus souvent, la TSH [thyréostimuline] est normale. La très grande majorité des sujets inquiets ont pu être rassurés.

Des symptômes ont été décrits chez des patients qui prenaient l’ancienne formulation. Nous pensons que le rapport de pharmacovigilance de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé du 10 octobre va, en fait, exactement dans ce sens. Dans sa conclusion, il met en avant la rupture d’équilibre provoquée par le passage au Levothyrox « nouvelle formulation »… ce qui est contredit par les données.

En effet, lesdits « effets indésirables » sont strictement identiques, que les patients soient hyper ou hypothyroïdiens, voire normaux ! De plus pour le très modeste niveau de déséquilibre hormonal constaté, a priori, aucun effet clinique n’est raisonnablement attendu. Le rapport évoque, dans son résumé, « l’hypothèse d’effets indésirables expliqués par d’autres facteurs qu’une dysthyroïdie (…) méritant plus d’investigations ». Enfin, le rapport ne dit rien sur les enfants recevant le Levothyrox nouvelle formulation, chez qui les pédiatres semblent unanimement n’observer aucun effet indésirable. Nous pensons que les symptômes rapportés témoignent essentiellement d’un effet nocebo. Le sentiment d’être mis devant le fait accompli, l’amplification médiatique, un certain silence médical contrastant avec l’activisme des associations, tout était réuni pour créer suspicion et angoisse.

Carton informatif

Le mot « nocebo » désigne un phénomène bien connu. Dans les essais thérapeutiques, certains patients ressentent une amélioration de leurs symptômes alors qu’ils reçoivent le placebo, dénué de principe scientifiquement actif autre que psychologique. L’effet nocebo en est le miroir : les sujets ressentent des effets indésirables, bénins, en réponse à une exposition inoffensive.

Un tel effet nocebo a déjà été observé en 2007-2008, il s’est passé en Nouvelle-Zélande une « crise de l’Eltroxin » (lévothyroxine de l’entreprise pharmaceutique GSK), strictement identique à la « crise du Lévothyrox » en France. Le simple changement d’excipient (suppression du lactose) et de la couleur des comprimés a entraîné une multiplication par 2 000 des déclarations d’effets indésirables ! L’analyse externe effectuée par une agence anglaise (The Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency) a mis en avant le manque d’information et le rôle des médias. On a observé que la répartition géographique de la fréquence des plaintes reproduisait l’intensité du bruit médiatique local.

Nous pensons que l’hypothèse nocebo peut être scientifiquement testée. Ces effets nocebo sont mis en évidence dans des essais bien calibrés (cross over randomisé en double aveugle, N-of-one). Eventuellement avec l’aide des patients intolérants et volontaires. C’est une belle occasion de réunir les patients, les associations et les endocrinologues. Nous pensons que le traitement médiatique de cette situation ne peut qu’augmenter – à tort – l’angoisse des patients et alimenter le cercle vicieux de l’effet nocebo.

Une série d’actions judiciaires ont été lancées : plaintes (« mise en danger de la vie d’autrui », etc.), perquisitions… Il est intéressant de noter l’actualisation des griefs d’avocats : « On ne demande pas réparation pour les effets secondaires (…) une indemnisation pour le fait qu’ils n’aient pas été informés des risques encourus et de la nouvelle composition du médicament, et que cela a généré chez eux beaucoup d’angoisse ». Nous pensons qu’il faudra s’interroger sur ce qui a pu – involontairement – provoquer cette angoisse, et surtout – inutilement – l’exacerber. Mieux informer ? On aurait pu s’inspirer de l’expérience belge : un carton informatif dans les boîtes de la nouvelle formulation de L-Thyroxine semble avoir évité ce type de crise. On s’interroge sur le rôle plus utile qu’auraient pu jouer les associations de patients. L’emballement médiatique n’a fait qu’aggraver les choses et conduit à une judiciarisation probablement sans issue.

Nous pensons qu’il est urgent de recréer la confiance entre les interlocuteurs : patients-associations (pas obligatoirement paranoïaques ou systématiquement quérulents) ; médecins-experts (pas tous à la solde des firmes) ; autorités de santé (pas forcément obsédées par la seule réduction des dépenses) ; industriels (pas uniquement guidés par l’appât du gain). Nous pensons qu’il sera important d’avoir une expertise sociologique de cette « crise ». Il faut de la raison, mais tellement de confiance. Nos patients s’en porteraient mieux, et peut-être aussi notre société. »

 

 

Ben voyons….

 

Droit de réponse à l’article du monde……

Comme un autre journal :Libération » qui nous ridiculisait  à l’époque pour l’affaire Tchernobyl….   Dans une lettre publiée à leur frais dans Libération le 19 novembre 2005,

52 médecins spécialistes en endocrinologie (toujours les mêmes…) montrent que « ces malades Français sont les otages d’un lobby anti-nucléaire et juridicomédical »

Résultat

http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/2771abb19e99145678d17afb57c5ae0d.pdf

et celui obtenu par le Ministère de la Santé en 2013…

      

Avions-nous tort ? Nous seulement à l’époque le nuage est bien passé, mes nos estomacs ont servi de poubelle pour tout ce qui n’était pas vendable dans le reste de l’Europe…

 Une bd a été faite sur le secret d’instruction vous pouvez retrouver toutes les pièces,

Normes OMS Européennes à ce moment là 600bq par Kg de viande ….Normes du SCPRI du Professeur Pellerin 100.000 bq par kg…

https://nuagesansfin.info/

Maintenant une nouvelle fois nous nous faisons traiter de « nocébo » pour ne pas dire poliment crétins émotifs….

Pour le médicament LEVOTHYROX

Le médicament le plus prescrit

Le médicament vital à notre survie.

Le seul pays n’ayant pas le choix et le monopole d’une firme pourquoi?

 

Aujourd’hui :

Ces mêmes grands Professeurs pour ne pas dire des Mandarins, qui nous traitent en patients de seconde zone. Ne pourrait-on pas parler d’eux comme de prélats de la pensée unique, en soutane blanche dignes de l’inquisition ? Et l’AFMT de leur rétorquer : « Et pourtant elle tourne » …Comme Galilée en son temps…. Nous sommes en plein obscurantisme qui sert bien un système économique ? Allez sur le site : https://www.transparence.sante.gouv.fr/

Allez-y vite car ils veulent le supprimer…. Les revenus des avantages perçus par

ces grands dits Professeurs, distribués généreusement par les firmes pharmaceutiques.

Nous demandons à tous les malades de France de fouiner de chercher via les réseaux sociaux, c’est encore la seule liberté qui nous reste.

Ces données sont les avantages, mais pas n’y sont pas compris le montant des conventions, qui ne sont pas donnés par la base le Formindep   ni les C.A.P.I….

(Contrat d’Amélioration des Pratiques Individuelles)

http://www.prescrire.org/fr/3/31/46657/0/NewsDetails.aspx (quand j’ai quitté le CA de la CPAM du Tarn et Garonne) Le généraliste percevait de 8000 euros à 23.000 euros par médecin par an….

Pourquoi ce déni ? Regardons de près les intéressements avec les laboratoires pharmaceutiques…Cela devrait être interdit. Mais nous savons que notre quête est bien candide. Et pour cause… Tricatel aurait dit: » Tous les coups sont permis…. »(l’aile ou la cuisse)

Montant des sommes déclarées comme perçues par les professeurs de médecine

intervenant dans les médias au sujet du Levothyrox pour évoquer

( Effet Nocebo, erreur de communication, absence de toxicité, problème psycho-sociologique, etc…)

de 2012 à 2017, en provenance des différents laboratoires pharmaceutiques ( dont Merck Serono )

Source : https://www.transparence.sante.gouv.fr/flow/rechercheBeneficiaires?execution=e1s1

Philippe CARON

63 591 €

Jean François BERGMANN

62 471 €

André GRIMALDI

45 488 €

Martin SCHLUMBERGER

28 743 €

Jacques YOUNG

25 562 €

Patrice RODIEN

19 629 €

Xavier BERTAGNA

10 297 €

Jean Louis WEMEAU

9 009 €

Philippe BOUCHARD

843 €

Est-ce cela le Pays des lumières ? Des encyclopédistes ?  Le serment d’Hippocrate ? Dont on se gargarise?

Ce qu’on sait officiellement de ces avantages ? …, comment résister aux sirènes des firmes pharmaceutiques, voyages repas logement …. Prestations…. Et puis est-ce normal que la firme Merck sponsorise toutes les associations thyroïdiennes Européennes ?

Honnêtement quand le voyage, la table, et l’hôtel sont payés pour un congrès dans des endroits particulièrement agréables…Certains ne crachent pas dans la soupe….

Rassurez-vous nous n’en faisons pas partie !

http://www.eurothyroid.com/

The ETA Website is exclusively sponsored by Merck, KGaA, Darmstadt, Germany.

En ce soir de Nouvel an les amis 

On peut vraiment être fiers  de vous, car dans cette crise du Lévothyrox, nombreux sont ceux qui ont pris conscience du monde dans lequel on vit. On a grandi c’est clair . On s’instruit on essaye de comprendre Pourquoi? Pourquoi nous? Ayez confiance la démocratie il faut la porter nous mêmes sur nos épaules, ce combat que nous menons sera celui de tous

Car demain ce seront d’autres médicaments. L’Etat n’a pas été à la hauteur quoi d’étonnant?

Nous sommes dans un monde où l’on veut nous phagocyter nos dernières libertés.

Résistez, pour vous, vos enfants et le choix de l’avenir que nous voulons leur laisser

Ce qui se passe pour un produit vital est immensément grave.

Nous ne laisserons pas passer cela, ce sont nos droits les plus élémentaires dont il s’agit.

L’AFMT  conclut que c’est toujours sur les mouillés qu’il pleut, et ce sont les plus fragiles d’entre nous qui ont eu des réactionnelles conséquentes à cette nouvelle formule,  et qui pour la plupart  sont des déficients immunitaires et cancéreux.

Le temps une fois de plus sera juge, mais en attendant nous sommes le seul pays en Europe à subir, le rationnement le trafic et le système démerde  pour ceux qui ne sont pas cloué dans une maison de retraite…. Nos responsables seront coupables

Chantal L’HOIR et Chantale GARNIER Cofondatrices de l’AFMT