Levothyrox : des pertes de mémoires dénoncées par les patients (thyroïde)

 

LEVOTHYROX THYROIDE – Une pétition contre l’utilisation du Levothyrox, un médicament pour traiter les problèmes de thyroïde, est lancée. Sa nouvelle composition créerait des effets secondaires importants

[Mis à jour le 23 août 2017 à 15h45] « Ce qui m’a le plus fait peur, c’est quand ma vue s’est troublée et que j’ai eu des pertes de mémoire », témoigne dans Le Parisien l’une des quelques trois millions de personnes en France qui prennent du Levothyrox pour lutter contre leurs problèmes de thyroïde. Pour certains malades, qui en consomment depuis des années, la différence entre l’ancienne et la nouvelle composition est criante. « Depuis, je perds mes cheveux, je me sens fatiguée alors que pendant six ans j’ai été bien stable », témoigne Fatima, toujours dans le journal Le Parisien. Autres effets secondaires du Levothyrox dennoncés : douleurs musculaires, nausée, fatigue, vertiges, maux de tête, déprime ou encore bouffées de chaleur, mais aussi, selon Chantal L’Hoir, fondatrice de l’AFMT (Association française des Malades de la Thyroïde), interviewée par Franceinfo (voir ici) des crampes, des emphysème pulmonaire* et des PSH (périarthrite scapulohumérale).

En réponse à une pétition contre l’utilisation du nouveau Levothyrox lancé le 24 juin dernier (voir ici), l’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) lance ce mercredi 23 août un numéro vert : 0800.97.16.53, accessible du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures. Le but est « d’apporter des réponses aux nombreux patients se plaignant des effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox », selon 20 minutes.

Intitulée « Contre le nouveau Lévothyrox dangereux pour les patients ! », la pétition a déjà recueilli plus de 74 000 signatures. Le texte de présentation de l’initiative citoyenne, qui s’adresse aux laboratoires fabriquant le Lévothyrox et à L’ANSM, explique que « pour les très nombreuses personnes qui sont obligées de prendre du Lévothyrox, un important problème se présente. En effet, les laboratoires ont décidé de changer certains excipients et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Lévothyrox, ils ressentent d’importants effets secondaires. Quand on sait qu’il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d’avoir modifié ce médicament », ajoutant que « les laboratoires ont pris cette décision sans prendre l’avis des patients concernés ». Malgré cela, la directrice des affaires médicales du laboratoire Merck France, Sylvie Chabac, indique au Parisien que la nouvelle composition serait adoptée au niveau européen.

La formule du Levothyrox a changé en mars 2017 à la demande de l’ANSM, l’Agence nationale de la sécurité du médicament. Jean-Michel Race, directeur des médicaments en endocrinologie, explique que « l’objectif était de garantir une teneur en lévothyroxine plus constante dans le médicament ». Sylvie Chabac mentionne une autre modification dans la composition : « On a supprimé le lactose. On l’a remplacé par de l’acide citrique, un excipient qu’on retrouve partout dans l’alimentation, et par du mannitol, à toutes petites doses. » Cette nouvelle formule était donc censée être plus stable et mieux tolérée. Suite aux témoignages, l’ANSM conseille aux patients de faire une prise de sang « quatre à huit semaines après le début de la prise de la nouvelle formule et de procéder à un signalement en cas d’effets indésirables ».

*L’emphysème pulmonaire est une affection pulmonaire qui provoque l’augmentation du volume des alvéoles pulmonaires et détruit leur paroi élastique. 

 

Linternaute –