Levothyrox : la comédienne Anny Duperey est « particulièrement révoltée »

Publié le  par SudOuest.fr.
Levothyrox : la comédienne Anny Duperey est "particulièrement révoltée"
« Quel est l’intérêt caché de cette honteuse manipulation ? », s’interroge Anny Duperey.

ETIENNE CHOGNARD/CCSP

La comédienne raconte son expérience et ne mâche pas ses mots vis-à-vis de la nouvelle formule de ce médicament prescrit aux personnes ayant des problèmes de thyroïde.

Anny Duperey est en colère. Dans une lettre ouverte adressée aux journalistes et publiée sur la page Facebook de son amie l’actrice Eva Darlan, la comédienne raconte ce qu’elle a vécu ces derniers mois, depuis le changement de formule du Lévothyrox.

PUBLICITÉ

Une multitude d’effets secondaires

Anny Duperey précise d’abord être victime d’hypothyroïdie depuis une douzaine d’années. Son traitement, via le Levothyrox, était semble-t-il efficace. Mais tout a changé depuis le passage à la nouvelle formule. « Des malaises très inquiétants sont alors apparus en rafale », raconte-t-elle en les citant par ordre d’arrivée :

– « Maux de tête et vertiges – au point de demander à faire un echo-doppler de circulation cérébrale, fin Avril, avant de partir tourner à l’étranger. Résultat : rien d’anormal.
– Crampes au réveil, retour de douleurs articulaires au niveau des hanches – qui m’ont rappelé les heures sombres ou je m’empoisonnais avec des Statines (abandonnées pour ‘intolérance majeure’)
– Faiblesse musculaire telle que j’ai dû abandonner l’exercice physique, pourtant doux, qui m’était salutaire.
– Constants problèmes digestifs et intestinaux – que la bienséance m’interdit de décrire… mais qui vont jusqu’à s’avérer socialement handicapants !
– Épuisement tel, que pour assurer une journée de tournage, je me vois contrainte de prendre moulte cafés, ou du Guronsan pour ‘tenir’ la journée – après, je m’écroule.
– J’ai fait par deux fois un contrôle sanguin, car je me sentais ‘comme si’ j’étais de nouveau en hypothyroïdie – dosage normal, pour ma part. Donc, je ne comprenais rien. »

Un « honteux scandale »

Comment expliquer ces symptômes ? Anny Duperey est « particulièrement révoltée » quand elle entend dire que « tout changement est anxiogène » : « Comme si nous étions des imbéciles influençables, des faibles d’esprit prêts à ‘se faire des idées’ pour un rien. C’est insultant », écrit-elle.

Puis l’actrice s’insurge contre le « mensonge » du directeur de ANSM, qui aurait affirmé que la nouvelle formule du Levothyrox est exploitée dans toute l’Europe. « C’est faux, rétorque-t-elle. Les français sont les seuls ‘cobayes’. » « Puisque tous nos pays voisins ont refusé cette nouvelle forme catastrophique du Levothyrox, que les Pays-bas l’ont abandonné après l’avoir testé, va-t-on favoriser une sorte de ‘marché noir de l’ancienne formule’ à nos frontières, comme pour le tabac ? », s’interroge-t-elle.

Évoquant un « honteux scandale » au sujet d’un médicament « vital » pour des milliers de personnes dont on « pourrie la vie », elle demande aux journalistes d’enquêter : « Au nom de toutes ces victimes d’effets secondaires, alors qu’à ma connaissance NUL ne se plaignait de l’ancienne formule, investiguez, faites votre métier en cherchant quel est l’intérêt caché de cette honteuse manipulation ».