Courrier du docteur Bapt à Madame la Ministre Buzyn

 

Gérard BAPT,                                                                     Saint-Jean, le 10 novembre 2017

Député honoraire

Premier adjoint, délégué à la santé publique

 

Madame Agnès BUZYN

Ministre des Solidarités et de la Santé

14 Avenue Duquesne

75350 Paris

 

 

Madame la Ministre,

Je reviens une nouvelle fois vers vous  au sujet du Levothyrox.

L’information selon laquelle le Levothyrox « ancienne formule » est produit en France à Bourgouin-Jallieu, réveille de nouvelles incompréhensions chez beaucoup de patients, notamment ceux qui, présentant des effets indésirables avec une TSH stable, continuent à se fournir à l’étranger.

Le recours à la L-thyroxin-henning de Sanofi impliquerait pour ces patients un changement imposant à nouveau consultations et contrôles biologiques pour atteindre un nouvel équilibre.

Je souhaite savoir dans le contexte de cette crise sanitaire qui dure si vous seriez disposée à ce que l’AMM du Levothyrox « ancienne formule » soit rétablie sur notre territoire, ce qui ne poserait pas de difficulté majeure…

Le résultat ne serait qu’admettre la coexistence d’un princeps,  le Levothyrox « ancienne formule », dont la date de péremption pourrait-être ramenée à celle de son « générique-like », le Levothyrox « nouvelle  formule »,  toujours prescrit aux patients qui ont bien supporté le transfert : la HAS, dans son avis du 22 mars 2017 avait signalé que la nouvelle formule du Levothyrox « n’apportait pas d’amélioration du service médical rendu (Asmr5) par rapport aux prestations déjà inscrites ».

Ainsi seraient pris en considération à la fois les revendications des patients, le souci d’épargner des dépenses supplémentaires à l’Assurance-maladie, ainsi que les difficultés liées pour les patients à la recherche d’un nouvel équilibre thérapeutique dans un contexte de disponibilité médicale problématique.

Restant à votre disposition, je vous vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma haute considération.

 

Gérard BAPT

 

NB : l’antécédent de la délivrance d’Eutirox, présenté à l’époque comme l’équivalent italien du Levothyrox AF, délivré aux patients dans les officines comme réponse à l’ANSM d’août à novembre 2013 pour parer à une grave rupture de stock me semble conforter ma proposition.

L’examen des notices du Levothyrox AF et de l’Eutirox montre la coïncidence des excipients : lactose monohydraté, amidon de maïs, croscarmellose sodique, gélatine, stéarate de magnésium.

 

réponse Agnès BUZYN (1)