Le bicarbonate de soude pour lutter contre les maladies auto-immunes ?

.

Selon des chercheurs américains, une dose quotidienne de bicarbonate de soude pourrait aider à réduire l’inflammation destructrice engendrée par les maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde ou la sclérose en plaques.

Les adeptes du bicarbonate de soude le considèrent souvent comme un produit miracle. Peu coûteux et écologique, il est souvent utilisé en produit de beauté (dentifrice, shampoing, soin pour la peau..), en produits d’entretien (anticalcaire, fongicide, poudre à récurer, désodorisant…), mais aussi pour la santé telle que les maux de gorge ou d’estomac. Des chercheurs du Medical College of Georgia (Etats-Unis) viennent de lui trouver une nouvelle utilité : apaiser le système immunitaire. Leur recherche a été publiée dans The Journal of Immunology.

LE BICARBONATE « APAISE » LA RATE

Dans les maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques ou encore la maladie de Basedow, notre propre système immunitaire nous attaque. Des chercheurs viennent de découvrir que le bicarbonate de soude apaisait les réactions inflammatoires ce qui pourrait être une nouvelle piste pour lutter contre les maladies auto-immunes.

Les chercheurs ont découvert que lorsqu’une personne buvait une solution d’eau et de bicarbonate de soude, son estomac devenait plus actif pour digérer le prochain repas et des cellules peu étudiées – les cellules mésothéliales – envoyaient un message à la rate pour lui dire qu’il n’est pas nécessaire de déclencher une réponse immunitaire : « Il s’agit probablement d’un hamburger et non d’une infection bactérienne », illustre avec humour dans un communiqué le Dr Paul O’Connor, auteur de l’étude.

LES MACROPHAGES CHANGENT DE FORME

Le rôle de la rate est de filtrer le sang et de le purifier, mais aussi de fabriquer les globules blancs, les cellules de l’immunité. « Il est certain que boire du bicarbonate affecte la rate et nous pensons que c’est à travers les cellules mésothéliales », explique O’Connor. Mais ce n’est pas la seule chose qu’ils ont observée.

Après avoir bu du bicarbonate de soude, les macrophages (des cellules du système immunitaire se trouvant dans le sang, la rate et les reins) étaient passés d’une forme M1 qui favorise l’inflammation, à une forme M2 qui, au contraire, la réduit. Cela serait dû à la baisse d’acidité que provoque l’ingestion du bicarbonate de soude. « C’est potentiellement un moyen très sûr de traiter les maladies inflammatoires « , conclu avec optimisme le scientifique.

À lire aussi :

Les œstrogènes favorisent le développement des maladies auto-immunes

Un antidépresseur efficace contre la sclérose en plaques ?