Levothyrox, Des métaux dans la nouvelle formule

L’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) affirme avoir trouvé des nanoparticules de métaux dans la nouvelle formule du Levothyrox. L’association a appelé mercredi 2 mai la justice à examiner cette piste pour expliquer les nouveaux effets secondaires du traitement.

L’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) a révélé, mercredi 2 mai, la présence de nanoparticules de métal dans la nouvelle formule du levothyrox. Dans une conférence de presse à Paris, l’association demande à la justice d’examiner cette piste qui pourrait expliquer les effets secondaires de la dernière évolution de ce traitement des dérèglements de la thyroïde (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux).

Des alliages fer-chrome, chrome-nickel…

Jacques Guillet, médecin et spécialiste de médecine nucléaire, a réalisé les tests sur « plusieurs dizaines de comprimés » de Levothyrox nouvelle formule et ancienne formule (aujourd’hui appelée Euthyrox).« On met en évidence des nanoparticules avec des alliages fer-chrome, chrome-nickel, fer-chrome-silicium, ferrochrome-aluminium, alors que dans l’ancienne formule il y avait seulement quelques débris d’acier », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse donnée en présence de l’actrice Anny Duperey. Selon les autorités sanitaires, un demi-million de malades en France, sur quelque trois millions, avaient abandonné ce médicament fin 2017. Environ 1 200 d’entre eux ont porté plainte contre le fabricant, Merck.

Le laboratoire Merck rejette toute faute

L’avocate de l’AFMT, Marie-Odile Bertella-Geffroy, a annoncé qu’elle transmettrait ces analyses à la juge d’instruction de Marseille enquêtant sur des faits de tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d’autrui.

Le laboratoire Merck a rejeté toute faute :« Qu’il s’agisse de l’ancienne comme la nouvelle formule, nous rappelons que l’analyse de l’ensemble des métaux lourds a été réalisée conformément à la réglementation en vigueur, et nous réaffirmons que tous ces contrôles se sont révélés conformes aux spécifications », a souligné le groupe dans un communiqué.

Retour à la première version

Des membres de l’association se sont réunis devant le ministère de la santé où avait lieu une réunion du comité de suivi sur la crise du Levothyrox. Ils demandent la reconnaissance d’une crise sanitaire et le retour à la première version du traitement.