Communiqué du 14 mai 2018 du docteur Nicolas BOUVIER

 

Actuellement un certain nombre d’articles et reportages sont diffusés dans la presse et sur les réseaux sociaux pour laisser penser que la cause des maux dont ont été victimes les malades qui ont ingéré des cachets de Levothyrox nouvelle formule en 2017, serait rattachée à la présence d’acide citrique dans la composition des cachets.
Je rappelle que des patientes et des patients qui ont pris du Levothyrox nouvelle formule, ayant connu une absence de troubles de l’équilibre thyroïdien, ont été aussi victimes de perturbations fonctionnelles graves notamment cardiaques ou neurologiques. Aussi, mettre en cause la levothyroxine sodium et impliquer son éventuelle excessive dégradation en raison de la présence d’acide citrique pour expliquer ce qu’il s’est passé, est particulièrement aventureux.
Jamais l’hypothèse d’une contamination des lots de médicaments par des composés hautement toxiques n’est mentionnée dans les médias. Cette théorie dérange les autorités visiblement, car elle montrerait à quel point ils ont été négligents et défaillants.
A ce jour, le gouvernement français n’a fait procédé à aucune recherche sérieuse confrontant un relevé circonstancié des données cliniques observées chez toutes les victimes, avec une analyse précise et étendue sur le plan physico-chimique des lots de médicaments qu’elles avaient ingéré et une analyse biologique de leur sang et urine, voire histologique de leurs tissus.
En outre, aucune enquête n’est menée par le gouvernement français pour apprécier si les victimes du Levothyrox nouvelle formule souffrent de séquelles de l’ingestion de ce médicament, notamment au niveau neurologique et au niveau hépatique.
Rien n’a été entrepris par les autorités de santé française lorsque les problèmes se sont déclarés en 2017, pour trouver les causes de ce qui se passait.
Tout a été fait pour égarer la presse et le grand public vers de fausses pistes en invoquant des prétendues problèmes de communication voire l’effet nocebo : argument indigne
Par contre, il a été conseillé de continuer à prendre le Levothyrox nouvelle formule en attendant de pouvoir bénéficier de l’introduction de médicaments de substitution dont on se rappelle qu’ils ont été très difficiles à obtenir pour les malades, tant leur pénurie était importante.
En conséquence de quoi, la responsabilité des autorités de santé dans ce scandale sanitaire reste totale.
Pour connaître la cause exacte des troubles rencontrées, des décès, des suicides, il ne faut pas faire d’hypothèses hasardeuses pouvant égarer les malades et semer davantage de confusion dans une affaire dont l’opacité est déjà suffisamment grande comme cela.
Il est indispensable de mener un travail très rigoureux, un travail médical, scientifique, long et technique, argumenté, reposant sur des références solides, loin des sottises des professeurs nocebo bien évidemment, mais un travail crédible qui montrera combien les victimes sont des victimes et combien les responsables ne pourront pas dire qu’ils sont responsables mais pas coupables. Les responsables sont coupables dans cette affaire et amplement. Ceux qui sont victimes le savent bien et moi aussi…

A bientôt

Dr Nicolas Bouvier