L’UE et la Chine lancent des actions conjointes sur la sécurité des produits

Selon un rapport publié en mai dernier par la Commission européenne, 58 % des produits présentant des problèmes à l’entrée sur le marché unique étaient d’origine chinoise.

Des agents de l'inspection sanitaire vident des boîtes de lait en poudre contaminé dans une décharge de la province chinoise de Guangdong, le 19 septembre 2008.

L’Union européenne et la Chine sont convenues mardi à Pékin de lancer des actions de surveillance commune pour renforcer la sécurité des produits exportés, notamment alimentaires, afin d’améliorer l’accès des Chinois au marché européen et inversement.

De telles actions « couvriront toute la chaîne de production, du fabricant des produits jusqu’au consommateur », a assuré le commissaire européen à la Santé John Dalli lors d’une conférence conjointe avec le chef de l’administration chinoise chargée de la qualité, de l’inspection et de la quarantaine, Zhi Shuping.

L’UE et la Chine avaient déjà signé un accord en 2008 pour améliorer la sécurité des produits chinois exportés en Europe, à la suite de problèmes de sécurité concernant des jouets, des meubles, des chaussures, des vêtements et des produits pharmaceutiques chinois.

Dans les domaines des textiles, des produits pour enfants ainsi que des appareils électriques, « nous relevons que nos efforts pour imposer les normes de sécurité les plus strictes sur l’ensemble de la chaîne de production portent leurs fruits », s’est félicité M. Dalli.

« PROCÉDURES D’AUTORISATION COMPLEXES »

« La part des produits dangereux d’origine chinoise dans nos contrôles a diminué durant les deux dernières années », a-t-il indiqué.

Selon un rapport publié en mai dernier par la Commission européenne, de plus en plus de produits dangereux sont retirés de la circulation avant d’arriver sur le marché européen. D’après ce document, 58 % des produits présentant des problèmes à l’entrée sur le marché unique étaient d’origine chinoise.

Dans l’autre sens, « il n’est pas facile d’atteindre les tables chinoises » pour les produits alimentaires européens en raison « de procédures d’autorisation complexes », d’après le commissaire européen, qui s’est toutefois félicité de la progression des exportations européennes de vins et spiritueux vers la Chine.

Les produits concernés par les inspections communes représentent plus de la moitié des exportations chinoises vers l’Europe et plus du tiers des exportations européennes vers la Chine, selon M. Dalli. L’UE est le premier marché à l’exportation pour les produits chinois, tandis que la Chine représente le deuxième débouché extérieur pour les produits européens derrière les Etats-Unis.