Bébés nés sans bras : le licenciement de la lanceuse d’alerte suspendu

Bébés nés sans bras : le licenciement de la lanceuse d'alerte suspendu
Un bébé à Saint-Denis, le 19 mars 2013. (illustration)

Orange avec AFP, publié le mardi 30 octobre 2018 à 15h27

Un nouveau cas vient d’être identifié, toujours dans une zone très réduite de l’Ain.

C’est elle qui avait donné l’alerte après la naissance, entre 2009 et 2014, de sept enfants sans bras ou sans main dans un rayon de 17 km autour d’un village de l’Ain. La directrice du registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera), Emmanuelle Amar, avait annoncé dans le Journal du dimanche avoir reçu, ainsi que ses cinq collègues, une lettre de licenciement vendredi dernier, avec effet au 31 décembre.

Mais lundi, ils ont tous reçu un courriel leur indiquant que la procédure était finalement suspendue, rapporte RTL mardi 30 octobre.

« Qu’est-ce que ça signifie ‘suspendu’ ? C’est pas annulé, ça souffle un peu le chaud et le froid, a réagit sur RTL Emmanuelle Amar. On est rassurés sur un point, c’est que a priori, on ne sera pas licenciés au 31 décembre, mais c’est inquiétant quand même parce qu’on ne sait pas du tout où on va, c’est difficile à vivre. »

« Je pense que c’est vraiment parce que l’équipe est soudée qu’on tient, mais on peut quand même parler de maltraitance en ce qui nous concerne, a-t-elle encore dit. Il faut employer le mot parce qu’on nous dit que c’est un licenciement et pas un licenciement, et c’est pas la première fois. Donc on a été très patients, mais il va falloir prendre des décisions. »

Dimanche, Emmanuelle Amar avait expliqué que son employeur, les Hospices civils de Lyon, n’avait plus les moyens de payer les loyers et salaires du registre. Pourtant, le 21 octobre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait assuré qu’il était « hors de question d’arrêter la subvention des registres ».

Selon Le Monde, un huitième cas d’enfant né sans bras a été enregistré dans l’Ain : un petit garçon né en 2012, toujours dans ce même périmètre de 17 km de rayon.