La pétition de Sylvie Robache a été remise à jour…..Signez au maximum

Le 23 novembre 2018

Bonjour,

Le 20 novembre 2018
, la constitution d’une commission d’enquête sur les causes de la crise sanitaire du Levothyrox a été demandée par plusieurs dizaines de députés, emmenée par l’ancienne ministre de l’Écologie Delphine Batho. L’objet de cette enquête : « les dysfonctionnements du système de pharmacovigilance révélés par la crise sanitaire liée à la nouvelle formule du Levothyrox « .

Mme Batho a été émue par notre cause après avoir rencontré des patients dans notre condition. Elle ajoute « C’est un sujet d’intérêt général pour la politique de santé publique, c’est le sens du caractère transpartisan de cette proposition« .

Selon l’ANSM ce sont 31 000 malades qui ont été victimes d’effets indésirables…
Pour le Docteur Gérard BAPT, député honoraire et médecin-conseil de l’AFMT (Association française des Malades de la Thyroïde), comme les chiffres en attestent, le nombre des malades atteints d’effets indésirables parfois graves et ayant délaissé le Levothyrox nouvelle formule atteint le million ! Afin de rendre justice à ces milliers de malades, cette crise baptisée à la hâte « crise médiatique » doit être reconnue comme « crise sanitaire ».

Cette erreur inadmissible du laboratoire Merck doit être considérée comme une affaire de déni d’information. Personne ne devrait se retrouver dans une situation où un médicament vital est changé sans qu’on lui dise.
Nous continuerons notre mobilisation tant que la nouvelle formule du Levothyrox n’est pas complètement retirée et jusqu’au moment où on nous donnera gain de cause en reconnaissant la réalité de cette crise sanitaire.

C’est une nouvelle fois un scandale de santé publique, le contrôle des formules doit être fait afin que cela ne puisse plus se reproduire. Nous souhaitons la vérité sur la composition, il est urgent que nous comprenions ce qui nous arrive depuis un an et demi.

Pour les très nombreuses personnes qui sont obligées de prendre du Levothyrox, un important problème se présente.
En effet, les laboratoires ont décidé de changer certains excipients et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Levothyrox, ils ressentent d’importants effets secondaires.

Quand on sait qu’il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d’avoir modifié ce médicament.

Bien sûr, les laboratoires ont pris cette décision sans prendre l’avis des patients concernés.

Je suis moi-même concernée car j’ai été opérée d’un cancer de la thyroïde en 2016 et j’appréhende grandement d’avaler ce nouveau médicament.

J’ai décidé de lancer une pétition après avoir lu tous les témoignages de patients souffrant d’effets secondaires et ne sachant plus à quels saints se vouer.

On nous dit que c’est pour les personnes qui ne supportent pas le lactose, mais il n’y a pas que ce changement qui intervienne, sinon comment expliquer tous ces effets secondaires ?

Nous demandons à ce que le laboratoire concerné revienne à l’ancienne formule.

Soutenez l’association Française de Malades de la Thyroïde en signant le manifeste d’interpellation à Madame Buzyn, Ministre de la santé : #levothyrox : Madame Buzin, nous exigeons des réponses !

Le laboratoire Merck annonce que l’ancienne formule du médicament Levothyrox sera disponible en France tout au long de l’année 2019 pour les malades « munis d’une ordonnance”.
Il sera importée d’Allemagne sous le nom d’Euthyrox, cette version sera destinée aux patients traités pour hypothyroïdie ayant souffert d’Effets secondaires potentiellement liés à la nouvelle formule du produit.

Un soulagement provisoire pour les malades : moins de 50.000 boîtes seront mises à disposition par mois, un volume qui correspond « aux volumes mis à disposition en 2018 » et aux « besoins des patients », selon Valérie Leto. La responsable Merck.

En revanche, l’AFMT demande à la Ministre de la santé que l’ancienne formule soit fabriquée en France et qu’un autre laboratoire en reprenne la pérennité étant donné que Merck en perd sa patente en 2019.

La mobilisation continue ! 

Signez l’appel de la l’Association française des malades de la thyroïde 

#levothyrox : Madame Buzyn laissez la justice faire son travail, ne l’entravez pas !

Et soutenez aussi la mobilisation du Docteur Philippe Sopena pour qu’un tel scandale ne se reproduise plus :

Contre le « secret des affaires » en matière de santé publique. Pour la transparence et la traçabilité des médicaments.

LE 24/09/2018 :

Aux signataires de la pétition « Contre le nouveau Lévothyrox dangereux pour les patients »

En juin 2017 j’avais pris l’initiative de lancer cette pétition à titre individuel, en constatant les effets nocifs du Lévothyrox  « NF » sur moi et certaines de mes proches, mais aussi l’absence d’écoute de beaucoup de médecins et le refus absolu des autorités de nous entendre.

Vous êtes à ce jour 326 518 à l’avoir signée. Merci encore.  Mais nous ne sommes toujours pas entendues !!!

Des patientes ont demandé à l’ANSM (Agence « dite » de Sécurité du Médicament) de leur dire dans quel pays et par quelle firme avait été produit les constituants de cette « NF » qui les avait rendues malades !

Cela leur a été refusé au nom du « Secret des affaires » qui, pour l’ANSM, semble l’emporter sur les exigences de transparence et de traçabilité. C’est inacceptable !!!

Pour moi, et sans doute aussi pour vous « Les utilisateurs du Lévothyrox, mais aussi ceux de TOUS les médicaments ont le DROIT de savoir où et par qui ils sont produits.  C’est d’autant plus important avec les risques croissants sur la santé liés la mondialisation incontrôlée de l’industrie pharmaceutique.

C’est pourquoi je vous invite à signer et à faire signer la pétition (cliquez sur le titre en rouge ci-dessous) :
Contre le « Secret des affaires » en matière de santé publique et pour la transparence et la traçabilité des médicaments

Plus nous serons nombreux, plus ce sera efficace. Je vous remercie d’avance de votre participation.

Sylvie Robache

LE 17/06/2018 :

COMMUNIQUÉ  :  « CRISE SANITAIRE » du LEVOTHYROX

PEUT-ÊTRE, ENFIN, UNE  EXPLICATION RATIONNELLE ?

Face à la passivité de l’ANSM et aux tenants d’un prétendu « effet Nocebo » l’AFMT a continué, obstinément, à chercher une explication rationnelle à la crise sanitaire du Lévothyrox.

– De premières études montraient la présence anormale  de « nano-particules » et de « métaux lourds » témoignant de probables modifications du processus de fabrication de la « Nouvelle formule ».

 Une nouvelle étude, menée à notre initiative, révèle des problèmes, d’une gravité encore plus considérable, qui, si ils sont confirmés, pourraient constituer un élément, déterminant, d’explication de cette crise.

En comparant « par chromatographie » la teneur en Lévothyroxine d’une boite d’AF et de 2 boites de « NF issues de lots différents il apparaît :

– Que les résultats, notamment la teneur en Lévothyroxine, sont normaux s’agissant de « l’AF »

– Mais  qu’à l’inverse s’agissant des 2 lots de « NF ».

– La teneur en Lévothyroxine, seul composant hormonalement utile du médicament, est gravement inférieure aux spécifications  en vigueur

A ce stade notre Association ne prétend pas sur une seule étude, disposer d’une « preuve » indiscutable mais d’un fait nouveau importantcar si ces résultats  étaient confirmés, comme on peut le penser, ils pourraient constituer une explication rationnelle à cette crise, d’origine toujours inconnue.

L’ensemble des éléments ont été communiqués à la justice dans le cadre de l’enquête pénale en cours. Mais la « sécurité sanitaire » ne permet pas d’attendre l’issue de l’instruction pénale pour agir. C’est pourquoi nous avons décidé de rendre public les résultats de cette étude.

Il revient à l’ANSM dont c’est la mission de faire expertiser, en urgence,par des laboratoires indépendants, un nombre significatif d’échantillons pris parmi les boites de lots de « NF » utilisés par des patients-victimes et à titre de comparaison pris sur des lots « d’AF ».

Il ressort en effet de ces constats que  si ces résultats était confirmés par cette nouvelle
étude :

– Une telle  teneur en Lévothyroxine, gravement inférieure aux normes en vigueur,  expliquerait les effets indésirables graves en relation avec un « sous dosage ».

– La présence de Dextrothyroxine pourrait, elle, expliquer les tableaux très atypiques observés chez de nombreux patients-victimes.

L’AFMT a saisi le gouvernement et l’ANSM avec cette question simple : Est-il possible de ne pas invoquer le « principe de précaution » si la qualité du Lévothyrox pose problème ?

Le Ministère de la santé et l’ANSM doivent sortir de leur inertie, mener en URGENCE  toutes les investigations nécessaires, et prendre leurs responsabilité pour assurer la sécurité sanitaire de nos concitoyens et mettre au jour les responsabilités engagées…

Cliquez pour plus d’explications…


Le 29/09/2017

Bonjour à tous !

C’est une victoire au goût un peu amer que je vous annonce, l’ancienne formule du Levothyrox sera de nouveau commercialisée le 2 octobre 2017, mais en stock limité (90.000 traitements sous forme de conditionnement trimestriel) sous le nom d’Euthyrox.

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) il sera « prescrit exclusivement en dernier recours aux patients, en nombre limité, qui rencontrent des effets indésirables durables avec les autres médicaments ».

Il s’agit une nouvelle fois de repartir à zéro avec les effets indésirables de la « réaccoutumance » puis dans quelques mois lorsque les stocks seront engloutis que ce passera -t-il ?
Devrons-nous une fois de plus subir des effets secondaires ? Souffrir encore dans nos corps et dans nos vies ?

Cette semaine, lors de ma permanence « pause café thyroïdienne » à Arras, j’ai rencontré une trentaine de personnes qui m’ont émue et bouleversée. Des témoignages poignants de malades en détresse. Ces rencontres ont renforcé ma détermination à continuer le combat.

Une équipe d’Élise Lucet était présente pour tourner un reportage sur ce scandale sanitaire du Levothyrox.
Vous pourrez le visionner le jeudi 5 octobre dans l’émission Envoyé Spécial sur France 2.

Merci encore à tous pour vos soutiens !

Le 27/09/2017
« Une trentaine de malades de la thyroïde ont une nouvelle fois descendu la nouvelle formule du Levothyrox ce mercredi. Ils se sont rassemblés dans un café, à l’invitation de Sylvie Robache, l’Arrageoise à l’origine de la pétition pour le retour de l’ancien médicament. » Lire la suite sur La Voix Du Nord…
Le 20/09/2017

Nous avons remporté une première victoire, le vendredi 15 septembre.

L’ancienne formule du médicament sera de nouveau disponible d’ici 15 jours.

Il n’en reste pas moins que le combat doit continuer afin que nous puissions prendre notre traitement sans peur et en confiance.

Je vous remercie toutes et tous pour votre soutien et votre engagement en signant cette pétition.

 » Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat. »

Jean-Jacques Rousseau

Plainte collective :

L’avocate et ancienne magistrate Marie-Odile Bertella-Geffroy a accepté de devenir le conseil juridique à la demande de l’Association Française des Malades de la Thyroïde.
Elle portera une plainte collective auprès du parquet du pôle de santé publique. cette plainte sera déposée la semaine prochaine, pour ces trois motifs :  

– mise en danger de la vie d’autrui ;
– atteinte à l’intégrité physique ;
– non-assistance à personne en danger.

Pour ceux qui souhaitent saisir la justice  cliquez ici

Continuez à diffuser la pétition au plus grands nombre !
https://www.mesopinions.com/petition/sante/contre-nouveau-levothyrox-dangereux-patients/31185

Le 13/09/2017

Bonjour à tous,

L’Association Française des Malades de la Thyroïde m’a nommée membre d’honneur. Je remercie Madame Chantal L’Hoir, fondatrice de l’AFMT ainsi que les membres de l’Association de cet honneur qu’ils me font. À ce titre, je vous informe des derniers évènements de cette crise majeure.

Journée du 8 septembre

11h Paris – Assemblée nationale – Rassemblement et conférence de presse avec le soutien d’Anny DUPEREY
Des malades ainsi que des personnalités du monde médical, politique et juridique se sont rassemblés pour demander l’abandon de la nouvelle formule du médicament pour la thyroïde Levothyrox, qu’elles accusent de provoquer d’importants effets secondaires. De nombreux journalistes étaient présent lors de ce rassemblement. Cliquez pour voir le compte rendu de cette journée

17h30 Rendez-vous chez la Ministre Agnès BUZYN
Nous nous trouvions dans le bureau de la Ministre des membres de l’AFMT en compagnie d’Anny Duperey, de notre conseillère juridique Maître Marie Odile Bertella Geffroy, en sachant que nos conseillers scientifiques avaient été refusés à la dernière minute.

Les points abordés :

1) Élargissement du choix de possibilité des produits à base de thyroxine afin d’éviter le monopole de la firme Merck
2) Élargissement de la distribution des gouttes de Serb aux personnes fragiles en général qui le nécessitent comme solution d’attente
3) Dans le choix des produits se trouvera l’ancienne formule de Merck sous forme de générique et cela dans un délai de quelques semaines.

Réaction de Chantal L’Hoir, fondatrice de l’AFMT quelques jours plus tard suite à la déclaration sur RTL,  le 13 septembre de la ministre « il n’y a pas de fraude de complot il faut un re dosage dans le temps qui s’estompera avec le traitement ! »
Le langage que tient madame la Ministre nous laisse dubitatifs sur la réalité… De nombreuses pharmacies nous disent n’avoir reçu aucune consigne Ministérielle concernant le L thyroxine goutte élargie aux personnes les plus fragiles en général : que cela signifie t-il ? L’urgence demandée : un médicament remplaçant l’ancienne formule à l’identique.  Alors que vous aviez reconnu la gravité pour au moins 1500 cas recensés. Nous ne pouvons pas accepter ces propos que nous considérons comme une tromperie.
Cliquez pour voir la réaction sur le site de l’AFMT « Madame Buzyn nous aurait-elle menti ? »

Une plainte collective sera donc déposée
L’avocate et ancienne magistrate Marie-Odile Bertella-Geffroyet a accepté de devenir le conseil juridique à la demande de l’Association Française des Malades de la Thyroïde.
Elle portera une plainte collective auprès du parquet du pôle de santé publique. cette plainte sera déposée la semaine prochaine, pour ces trois motifs :

– mise en danger de la vie d’autrui ;   
– atteinte à l’intégrité physique ;
– non-assistance à personne en danger.

Pour ceux qui souhaitent participer &

Pour les très nombreuses personnes qui sont obligées de prendre du Levothyrox, un important problème se présente.

En effet, les laboratoires ont décidé de changer certains excipients et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Levothyrox, ils ressentent d’importants effets secondaires.

Quand on sait qu’il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d’avoir modifié ce médicament.

Bien sûr, les laboratoires ont pris cette décision sans prendre l’avis des patients concernés.

Je suis moi-même concernée car j’ai été opérée d’un cancer de la thyroïde en 2016, et j’appréhende grandement d’avaler ce nouveau médicament.

J’ai décidé de lancer une pétition après avoir lu tous les témoignages de patients souffrant d’effets secondaires et ne sachant plus à quels saints se vouer.

On nous dit que c’est pour les personnes qui ne supportent pas le lactose, mais il n’y a pas que ce changement qui intervienne, sinon comment expliquer tous ces effets secondaires ?

Nous demandons à ce que les laboratoires concernés reviennent à l’ancienne formule.

Soutenez l’association Française de Malades de la Thyroïde en signant le manifeste d’interpellation à Madame Buzyn, Ministre de la santé : #levothyrox : Madame Buzin, nous exigeons des réponses !

LIRE LA Lettre ouverte d’Anny DUPEREY au Ministre de la Santé Agnès BUZINTémoignage de Sylvie Robache lors du Rassemblement du 8 septembre devant l’Assemblée Nationale.

Cliquez pour suivre toute l’actualité sur le Levothyrox