Peur du glyphosate ? Les départements (et les vins) à éviter

Peur du glyphosate ? Les départements (et les vins) à éviter
A gauche, ventes des pesticides Cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR), par ha de SAU, par département. A droite, ventes des pesticides perturbateurs endocriniens (PE) par ha de SAU, par département. (Générations Futures)

L’association Générations Futures révèle la répartition des ventes de pesticides département par département.

Si les pesticides vous font peur, alors évitez l’Aube, le département de France qui achète le plus de pesticides cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) et soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, rapportés à l’hectare de surface agricole.

Faites également un détour pour contourner le Pas-de-Calais et la Somme, où la bataille contre le mildiou semble justifier les kilos de chimie déversés dans les champs chaque année.

Idem, enfin l’Hérault, le Gard et surtout le Vaucluse qui, en tant que département le plus dépendant au glyphosate, vient de se voir décerner le « Glyph’Award » d’or par Générations Futures.

L’association révèle ce mardi, cartes à l’appui, la répartition des ventes de pesticides en France. Où l’on découvre les départements qui en achètent le plus, et lesquels. « Pour réaliser ces cartes, nous avons synthétisé les 700.000 lignes d’informations disponibles dans la base de données des ventes des distributeurs (BNVD) », explique François Veillerette, directeur de Générations Futures. Que révèlent-elles ?

Ils en achètent plus que les autres

Ventes des pesticides par département en 2017 (Générations Futures)

En 2017, des pesticides sont achetés dans tous les départements sans exception – et sans surprise, dans une France qui se classe au deuxième rang européen des pays les plus consommateurs de produits phytos derrière l’Espagne. Mais dans certains départements, c’est en quantités… carrément astronomiques ! C’est le cas dans l’Aube, terre à la fois de grandes cultures et de vignes pour le champagne (3.276 tonnes vendues en 2017). Derrière apparaissent dans le classement les départements viticoles : la Marne voisine (2.804 t), productrice de vignes pour le champagne au nord-est ; la Gironde (vin de Bordeaux) à l’ouest (3.154 t) ; l’Hérault, le Gard et le Vaucluse au sud, qui sont aussi des terres d’arboriculture. Au nord, on retrouve enfin les départements de grandes cultures : Somme (2.050 t), Pas-de-Calais, Aisne.

 

Ils en utilisent plus que les autres

Ventes des pesticides par département par ha de SAU en 2017 (Générations Futures)

Cette carte, présente la quantité de pesticides vendue par hectare de surface agricole utile (SAU) dans chaque département. Elle permet de faire apparaître l’intensité de l’utilisation agricole des pesticides dans les différents départements. Les mêmes départements se démarquent, mais le Vaucluse fait tristement la course en tête avec 22 kg de pesticides vendus par hectare en 2017 – contre quelques grammes seulement en Lozère et 1 kg dans le Cantal, départements où il y a de fait moins de cultures, davantage d’élevage et d’espaces naturels. Notons qu’avec des profils agricoles similaires, certains territoires font mieux que d’autres : le sud du bassin parisien par rapport au nord (plus humide), l’Ile-de-Vilaine par rapport au Finistère, la Marne par rapport à l’Aube… “Pas impossible qu’entre deux départements voisins, une commande arrive dans une coopérative à la frontière et fournisse les agriculteurs des deux départements”, nuance François Veillerette. Mais pas probable aussi que certains départements devraient prendre un peu de graine de leurs voisins !

Ils utilisent des pesticides identifiés comme dangereux

A gauche, ventes des pesticides Cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR), par ha de SAU, par département. A droite, ventes des pesticides perturbateurs endocriniens (PE) par ha de SAU, par département. (Générations Futures)

Générations Futures a choisi de s’intéresser également au « profil toxicologique » des substances vendues : les pesticides « cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques » (avérés, probables ou possibles) et ceux suspectés d’être des « perturbateurs endocriniens ». L’Aube et la Gironde font une fois encore figure de mauvais élèves : pour le champagne et les grands crus, tout est permis ? La Réunion apparaît également dans le classement pour les perturbateurs endocriniens.

Ils se gavent de glyphosate

Ventes de glyphosate par ha de SAU, par département en 2017. (Générations Futures)

Champion toutes catégories, le Vaucluse, qui achète 1,25 kg de glyphosate par hectare de surface agricole.

« Nous avons décidé de ‘récompenser’ ironiquement les départements les plus accros à cet herbicide le plus vendu au monde”, indique le communiqué de Générations Futures.Le Vaucluse écope du « Glyph’Award » d’or, suivi par la Réunion et la Martinique, déjà ravagée par le chlordécone, la Guadeloupe et le Tarn et Garonne (arboriculture).

Et dans votre département, où en est-on ? Toutes les informations sont ici

Voir aussi cette vidéo de « l’Obs » :