Hypoparathyroïdie permanente après thyroïdectomie totale, un effet sur la mortalité

 

L’hypoparathyroïdie (hpp) avec hypocalcémie responsable de paresthésies, est banale après une thyroïdectomie totale (TT) ; souvent transitoire, elle peut cependant persister, même après auto-transplantation de tissu parathyroïdien dans le sterno-cléido-mastoïdien. De plus, la TT n’est plus réservée aux cancers thyroïdiens, mais de plus en plus souvent réalisée pour des affections thyroïdiennes bénignes (maladie de Basedow, goitre multi-nodulaire), d’où un risque accru d’hpp. Son traitement substitutif, à base de fortes doses de calcium (Ca) et de métabolites de la vitamine D (vit. D), menace le rein (hypercalciurie, néphrocalcinose). Des auteurs suédois ont voulu savoir si l’hpp augmentait la mortalité.

Les données pour la période 2005 à 2014 ont été tirées du registre national pour la chirurgie endocrinienne, couvrant 96 % des TT effectuées en Suède, et ont été couplées avec le registre des prescriptions pharmaceutiques.

 

Ont été exclus de l’étude : les TT pour cancer, les patients ayant reçu de la vit. D en préopératoire, ceux qui avaient des antécédents de chirurgie thyroïdienne ou parathyroïdienne ; les thyrotoxicoses ont été différentiées des autres pathologies bénignes de la thyroïde.

L’étude a porté sur 4 899 opérés (4 071 femmes) ; 246 (5,2 %) d’entre eux ont été considérés comme souffrant d’hpp (besoin d’un traitement par vit. D et/ou calcium pendant plus de six mois.

Taux de mortalité plus que doublé

Le groupe des thyrotoxicoses comprenait 2 932 sujets, dont 2 638 porteurs d’une maladie de Basedow ; ces malades étaient plus jeunes (40 vs 54 ans) et avaient moins de pathologies associées que ceux atteints d’autres pathologies bénignes.

Le suivi a duré 4 ans et 3 mois, au cours desquels sont survenus 109 décès (2, 2 %).

 

La survie en cas d’hpp permanente, d’abord superposable à celle des patients en « euparathyroïdie », a baissé à partir de 18 mois, la mortalité étant alors doublé. Les facteurs de risque pour un décès sont l’âge avancé, le nombre et la gravité des pathologies associées, et la présence d’une hpp permanente.

 

La comparaison a montré que la mortalité était plus faible chez les opérés de TT pour maladie bénigne que dans la population générale, et ceci dans toutes les tranches d’âge jusqu’à 80 ans.

 

Selon cette étude, l’hypoparathyroïdie permanente après thyroïdectomie totale pour lésions bénignes est fréquente et augmente notablement le risque de décès.

Dr Jean-Fred Warlin

RÉFÉRENCE

Almquist M et coll. : Mortality in patients with permanent hypoparathyroidism after total thyroidectomy. Brit j Surg., 2018; 105: 1313-1318.

Copyright © http://www.jim.fr

 

 

Source : https://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/21_rhumato/e-docs/hypoparathyroidie_permanente_apres_thyroidectomie_totale_un_effet_sur_la_mortalite_174587/document_actu_med.phtml