Glyphosate: «On n’arrivera pas» à en sortir à 100 % en trois ans, reconnaît Emmanuel Macron

ENVIRONNEMENT Récemment, la justice a annulé l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un herbicide à base de glyphosate…

20 Minutes avec AFP

Emmanuel Macron participe au grand débat national à Bourg-de-Péage, le 24 janvier 2019.
Emmanuel Macron participe au grand débat national à Bourg-de-Péage, le 24 janvier 2019. — AFP

Le président Emmanuel Macron a déclaré ce jeudi que la France ne parviendrait pas à se passer « à 100 % » du glyphosate dans les trois ans comme il s’y est engagé, interrogé lors d’un débat-citoyen à Bourg-de-Péage (Drôme).

« Je sais qu’il y en a qui voudraient qu’on interdise tout du jour au lendemain. Je vous dis : un, pas faisable et ça tuerait notre agriculture. Et même en trois ans on ne fera pas 100 %, on n’y arrivera, je pense, pas », a-t-il déclaré, encourageant les « productions alternatives » pour ne plus utiliser cet herbicide.

« J’ai envie qu’on s’en sépare »

« Et de l’autre côté, il y en a qui ne voulaient pas bouger du tout. On a réussi à faire bouger beaucoup de gens », a-t-il ajouté. Il a rappelé qu’un « contrat de confiance » allait être signé. « On va évaluer et on va aider ceux qui bougent », a-t-il assuré. Le débat sur la potentielle dangerosité du glyphosate a été relancé récemment par l’annulation en justice d’une autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, herbicide à base de glyphosate.

« Il a été montré qu’il y a des doutes. Il n’y a aucun rapport indépendant ou pas indépendant qui a montré que c’était mortel », a affirmé Emmanuel Macron. Mais « à partir du moment ou je pense que c’est pas bon, j’ai envie qu’on s’en sépare ».

Des alternatives au glyphosate

« Il y a des secteurs où il y a des alternatives. Il faut au maximum avoir des alternatives non chimiques et en s’organisant autrement », a-t-il plaidé. En novembre 2017, l’Union européenne avait renouvelé son homologation pour cinq ans, mais Emmanuel Macron s’est engagé à le bannir en France d’ici à 2021.

« L’Europe voulait nous remettre 15 ans d’autorisation. C’est parce que la France s’est battue qu’on a obtenu cinq ans » pour sortir du glyphosate dans l’UE, a-t-il souligné. Les défenseurs de l’environnement ont critiqué le gouvernement pour avoir refusé d’inscrire dans la loi l’interdiction de ce pesticide. Quelque 8.800 tonnes de glyphosate ont été vendues en France en 2017.SOCIÉTÉGrand débat dans la Drôme: «On ne peut pas sortir de la crise en ne rencontrant que les élus», des avertissent Emmanuel MacronTÉLÉVISION«Envoyé spécial»: Le reportage sur le glyphosate critiqué et signalé plus de 500 fois au CSAPLANÈTEAriège: Ils retrouvent 14 fois la dose autorisée de glyphosate dans leurs urines et portent plainte