Levothyrox : l’enquête élargie à «l’homicide involontaire»

>Société>Santé|Jean-Michel Decugis et Florence Méréo|04 février 2019, 16h06|MAJ : 04 février 2019, 16h19|5

Le Levothyrox « ancienne formule ». LP/Olivier Arandel

Le parquet de Marseille ouvre un nouveau volet judiciaire dans l’affaire du médicament controversé de la thyroïde.

Le Levothyrox a-t-il provoqué des décès ? Selon nos informations, le parquet de Marseille a élargi le 30 novembre dernier son enquête au chef « d’homicide involontaire ». Une information que nous a confirmée le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux.

Le médicament star de la thyroïde fait l’objet d’une polémique, depuis son changement de composition en avril 2017, comme le Parisien – Aujourd’hui-en-France l’avait révélé.

Plusieurs dizaines de milliers de patients, et surtout de patientes, ont déclaré ressentir des effets secondaires indésirables : fatigue, maux de tête, perte de cheveux, douleurs musculaires…

«Il s’agit bien d’une crise sanitaire majeure»

L’enquête en cours se penche également sur le lien de causalité entre le médicament et le décès d’au moins une femme. Jusqu’alors, l’information judiciaire était ouverte pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

« Cette nouvelle enquête démontre que, contrairement à ce qui était prétendu par un certain nombre de responsables politiques, il s’agit bien d’une crise sanitaire majeure dans laquelle les victimes ont été totalement délaissées », dénonce maître David-Olivier Kaminski, avocat parisien qui défend près de 200 familles.

Plusieurs particuliers et associations ont déposé plainte auprès de plusieurs tribunaux.

LIRE AUSSI >Levothyrox : 4113 patients au tribunal

Face au déferlement de signalements de patients, les autorités sanitaires ont demandé au laboratoire Merck de faire venir des stocks de l’ancienne formule du médicament depuis l’Allemagne.