Levothyrox : pas d’ancienne formule après 2019

>Société>Santé|Florence Méréo|05 février 2019, 19h35|MAJ : 05 février 2019, 20h16|1

Lundi, le parquet de Marseille a ouvert un nouveau volet judiciaire dans l’affaire du Levothyrox. LP/Olivier Arandel

Face à la polémique sur le changement de formule du médicament, le laboratoire Merck avait été sommé par le ministère de la Santé d’importer des stocks d’ancienne version du Levothyrox.

« Il est primordial que les patients sachent qu’ils doivent continuer leur traitement et qu’ils ont un produit de qualité. Cela a été démontré à maintes reprises par l’Agence du médicament (ANSM) », poursuit-elle.

LIRE AUSSI >Valérie a saisi la justice : «Je veux savoir pourquoi le cœur de ma sœur s’est arrêté»

Même avec l’extension de l’enquête au chef d’« homicide involontaire », que nous avons révélé lundi ? « Nous avons toujours coopéré avec la justice. Il s’agit bien d’une ouverture dans l’enquête et non d’une conclusion », reprend la pharmacienne.

Cinq alternatives

Face à la polémique, le laboratoire avait été sommé par le ministère d’importer des stocks d’ancienne version du Levothyrox, ce qu’il a fait depuis l’Allemagne. Mais voilà, après la France, la Suisse, la Turquie, l’Allemagne va à son tour faire la bascule ancienne/nouvelle formule d’ici à cet été. Les stocks pour l’Hexagone (toujours fabriqués Outre-Rhin) seront importés d’autres pays mais ils finiront par se tarir.

« Nous nous sommes engagés à délivrer de l’ancien Levothyrox jusqu’à fin 2019 », rappelle Valérie Leto. Et après ? Les patients doivent consulter leur médecin pour trouver la meilleure alternative s’ils ne supportent pas la nouvelle formule. Aujourd’hui, il en existe cinq sur le marché.