NELL GAUDRY notre porte-parole Parisienne s’est éteinte

Depuis 2002 notre petite Nell défendait farouchement les malades.
Je l’ai connue au travers des plaintes liées à Tchernobyl… « Une survivante »
Elle était atteinte d’un cancer radio induit très agressif et avait subi six cures d’iode radioactif.
Avec énormément de dignité elle nous défendait sur les plateaux malgré sa fatigue, méfiante des coups tordus venant d’en face. Un petit bout de femme qui savait défendre les siens ses amis, comme une louve ses petits.
L’affaire Lévothyrox révélera la rapacité de certains avocats, en lutte à mort pour leur tiroir-caisse au détriment des malades. Nell servira de fusible à l’un d’entre eux qui a osé porter plainte contre elle pour non-assistance à personne en danger…
Pourquoi cette plainte ? Simplement parce que lors d’une émission elle a montré son frigo avec des boîtes d’AF rapportées d’Arménie par une amie elle aussi malade de la thyroïde. À son tour grâce à ces boîtes, Nell a dépanné d’autres malades tout comme elle a distribué ses flacons de Lévothyroxine en gouttes. Mais ça, Nell ne le disait pas, toute parée de pudeur qu’elle était…
Alors pourquoi l’avoir calomnieusement accusée d’avoir su que la formule allait changer et de s’être constitué des stocks sans partager l’information ? Quelle honte ! Ses stocks, elle avait pris l’habitude de les constituer depuis 2013 au moment de la pénurie de Lévothyrox. Juste pour que le cancer ne gagne pas la partie trop vite en cas de nouvelle pénurie… Mais parfois la méchanceté et la bêtise humaine sont sans limites.
Pourquoi tant de haine entre malades ? N’avons-nous pas vu des vidéos de ce même avocat se vantant de partir à l’étranger pour se constituer des stocks d’ancienne formule ?
Chacun d’entre nous s’est débrouillé comme il a pu, c’était une question de survie. J’ai même connu des médecins aller chercher des stocks pour deux ans pour leur femme ou leurs patients.
Cette crise lamentable nous marquera tous, le déni de la souffrance de plus d’un million de personnes en toute connivence avec les lobbies et parfois la férocité de certains malades.
Nell, déjà très fragilisée par sa maladie, n’a pas supporté d’être traitée comme une « délinquante » égoïste, elle qui donnait tant autres. Nous ne comprenons d’ailleurs pas comment le parquet de Marseille a accepté ce genre de plainte (Nell l’ a reçu il y a 3 semaines), si ce n’est que pour porter une atteinte indirectement à l’AFMT.
Le cancer lui avait volé sa belle voix cristalline alors que Nell avait connu les feux de la rampe en tant que choriste de Bécaud et ou d’un Johnny encore tout jeune. Ne plus chanter avait été une épreuve mais elle vivait avec… Mais lui enlever sa dignité avec de telles accusations, elle ne l’a pas supporté et en huit jours le cancer endormi s’est réveillé et l’a emportée.
Trois jours avant sa mort, elle avait cependant eu une dernière joie, celle d’apprendre depuis son lit d’hôpital qu’une étude démontrait enfin que les malades n’étaient pas des hypocondriaques…
Reposes en paix fragile petite Nell, nous t’aimerons toujours car nous malades, savons ce que nous te devons…