Allostase thyroïdienne – Réponses adaptatives du contrôle de la rétroaction thyréotropique aux conditions de contrainte, de stress et de programmation du développement

Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5517413/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fwww.ncbi.nlm.nih.gov%2Fpmc%2Farticles%2FPMC5517413%2F

Le diagnostic contemporain des troubles de la thyroïde repose principalement sur des mesures ponctuelles de la concentration de thyrotropine [hormone stimulant la thyroïde (TSH)] ( 1 ). Bien que certaines recommandations recommandent de combiner les mesures de TSH avec la détermination de la thyroxine libre (FT4) ( 2 , 3 ), d’autres limitent le traitement diagnostique des mesures de TSH en tant que test de diagnostic de première ligne et recommandent uniquement de déterminer les hormones thyroïdiennes périphériques si les concentrations de TSH sont en dehors de leurs valeurs respectives. plages de référence ( 4 – 6 ). Cette stratégie repose sur l’hypothèse d’une relation log-linéaire entre TSH et FT4 ( 7 – 10 ), une longue demi-vie plasmatique des hormones thyroïdiennes ( 11 , 12 ) et un couplage étroit de tous les éléments de contrôle impliqués de la boucle de rétroaction ( 13). 14 ). Bien que l’interprétation diagnostique basée sur le taux de TSH puisse être peu coûteuse (du moins au début du processus de prise de décision), elle simplifie excessivement et implique des risques considérables de résultats à la fois faux positifs et faux négatifs.

Progrès récents dans la régulation de l’hormone thyroïdienne: vers un nouveau paradigme pour un diagnostic et un traitement optimaux

Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5763098/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fwww.ncbi.nlm.nih.gov%2Fpmc%2Farticles%2FPMC5763098%2F

En conclusion, la TSH hypophysaire ne peut pas être facilement interprétée comme une image miroir sensible de la fonction thyroïdienne, car la corrélation négative TSH-FT4 est fréquemment rompue, voire inversée, par des conditions courantes. Les interrelations entre la TSH et les hormones thyroïdiennes et les éléments imbriqués du système de contrôle sont individuelles, dynamiques et adaptatives. Cela exige un changement de paradigme dans son utilisation diagnostique.