Quand la FDA veut imposer le Gardasil chez les femmes de 27 à 45 ans, elle invente un taux magique via de nouveaux critères

par delepine (son site)

JPEG - 100.6 ko

QUAND LA FDA VEUT IMPOSER LE GARDASIL CHEZ LES FEMMES DE 27 à 45 ANS ET CHEZ LES HOMMES, elle invente un taux magique via de nouveaux critères.

Médecine devenue propagande : 88% d’efficacité : le taux magique et mensonger fabriqué et utilisé par la FDA pour falsifier la communication sur le Gardasil [1] et étendre ses indications.

88 % d’efficacité, oui mais sur quoi ? La nouvelle trouvaille pour la Pub du Gardasil : le nouveau critère, le critère « combiné » (combined criteria) qui mélange tout – infections dont la plupart disparaissent sans traitement, lésions bénignes qui disparaissent spontanément, lésions bénignes guéries par petite opération, cancer in situ et cancer invasif – , ne semble pas avoir perturbé nos experts médecins et journalistes, trop souvent perroquets, qui continuent la propagande pour ce vaccin inefficace pour prévenir les cancers (et seulement efficaces contre les infections, et dangereux chez les populations vaccinées). Et pourtant !

On n’arrête pas le progrès de la com et la chute de la science 

Des critères classiques (durée de vie ) aux critères de substitution (stabilité d’une lésion cible) à une combination de critères mélangés sans logique scientifique.

 Ainsi, le critère combiné raffine la falsification des critères de substitution (surrogate criteria) qui avaient déjà largement allégé les contraintes des labos pour faire accepter la mise sur le marché d’une drogue par les agences (FDA pour les USA, EMA pour l’union européenne)[2] avec les effets délétères déjà largement démontrés.[3] [4]

88% : le taux magique fabriqué et utilisé par la FDA pour élargir les indications du Gardasil

Et falsifier la communication sur le Gardasil, ce taux apparait dans une note de la FDA d’octobre 2018 : « dans une étude menée auprès d’environ 3 200 femmes âgées de 27 à 45 ans, suivie pendant une moyenne de 3,5 ans, Gardasil a été efficace à 88 % pour prévenir un point final combiné d’infection persistante, de verrues génitales, de lésions précancéreuses et vaginales, lésions précancéreuses cervicales et cancer du col de l’utérus liés aux types de VPH couverts par le vaccin. L’approbation par la FDA de Gardasil 9 chez les femmes de 27 à 45 ans est basée sur ces résultats et de nouvelles données sur le suivi à long terme de cette étude ».

JPEG - 24.2 ko

On n’arrête pas le progrès en matière de manipulation, mensonge, falsification

Pour faire croire aux populations que tel médicament va révolutionner le traitement du cancer ou tel vaccin faire disparaitre le cancer du col de l’utérus. Particulièrement énorme quand on prétend prévenir un cancer qui apparait après des décennies en brandissant comme preuve une étude réalisée sur un peu plus de trois ans !

 La FDA juge et partie via son financement

La Federal Drug and Food administration, chargée de la sécurité médicamenteuse des américains, a représenté, au siècle précédent, le modèle d’une agence sanitaire efficace au service du public.

Mais depuis une vingtaine d’années, cette agence fédérale, accusée d’être coûteuse et trop tatillonne a été priée d’aller chercher des financements auprès des firmes pharmaceutiques (qu’elle est chargée de réguler !) ; celles-ci lui assurent actuellement près la moitié de son budget.

Mais peut-on, sans risques, demander à des juges mal payés de se faire rémunérer par les plaideurs[5] ou à des policiers de percevoir une partie de leur salaire de possibles malfaiteurs[6] ? Depuis cette immixtion des entreprises privées dans la FDA, la mise sur le marché des nouveaux médicaments a été considérablement accélérée, mais leur promotion prime maintenant sur la sécurité sanitaire de la population.

En témoigne l’extension d’autorisation de mise sur le marché du Gardasil aux femmes jusqu’à 45 ans et la présentation trompeuse des résultats qui ressemble fortement à celle des services de communication du laboratoire MSD.

Comment manipuler les chiffres pour les rendre sympathiques et vacciner la terre entière ou presque ?

Dans ce communiqué [7] totalement trompeur et partiellement mensonger, la FDA prétend que le vaccin « prévient 88% des infections persistantes à HPV, des verrues génitales, des lésions précancéreuses et des cancers dus aux HPV  », tout ensemble, évidemment c’est plus simple ! « Kolossal » 88% ! Ne réfléchissons plus, il faut immédiatement se faire vacciner et faire vacciner toute la gent féminine de notre entourage ! Et ne pas oublier les hommes au passage qui pourraient être jaloux.[8] Ainsi, dans le même avis de la FDA :« l’efficacité de Gardasil 9 chez les hommes de 27 à 45 ans est déduite des données décrites ci-dessus chez les femmes de 27 à 45 ans, ainsi que des données d’efficacité de Gardasil chez les hommes plus jeunes (16 à 26 ans) et des données d’immunogénicité d’un essai clinique chez 150 hommes, de 27 à 45 ans, qui ont reçu 3 doses de Gardasil sur 6 mois ».

 Comment manipuler les informations pour rendre crédible un résultat aberrant auprès du public naïf et complaisant ?

Mais d’où vient ce chiffre magique ? La FDA a omis de donner les références précises de l’étude, nous obligeant à analyser les maigres données de son communiqué, en se fiant aux estimations classiques des fréquences des pathologies ciblées et citées dans le communiqué.

Pour obtenir ce trop beau résultat, les auteurs ont appliqué la bonne vieille recette du pâté d’alouette et de cheval[9] (ou plus récemment des lasagnes au bœuf mélangé à du cheval). Au lieu de présenter les résultats du vaccin sur chaque pathologie ciblée (infection persistante, verrues, dysplasies bénignes, cancers in situ, cancers invasifs), les auteurs ont concocté un critère d’évaluation globalisée[10] [11], combinant toutes les cibles. Une lecture rapide de son communiqué pourrait ainsi faire croire que le vaccin serait capable de prévenir 88% des cancers invasifs. A l’école maternelle, enfants, nous apprenions à ne pas additionner des pommes, des poires ou des bananes sous prétexte qu’il s’agissait de fruits, ou bien des boules rouges avec des jaunes etc… Chacun sait que le niveau scolaire a baissé, mais à ce point… Nous prend-on vraiment pour des cruches ?

 Combien de cancers pouvons-nous estimer pouvoir éviter sur 3200 femmes ?

Pour les lésions réellement cancéreuses, l’obtention d’un tel résultat sur un échantillon de 3200 femmes âgées de 27 à 45 ans suivies 3 ans et demi est totalement impossible. Sur un tel échantillon, l’incidence[12] standardisée monde[13] de ce cancer, proche de 13/100 .000 [14] permet d’évaluer la probabilité globale de cancer invasif à 1,45 femme ! Comment le vaccin pourrait-il réduire de 88% ce chiffre de 1,45 et comment ce chiffre ubuesque pourrait-il être significatif d’une efficacité (de plus jugée à trois ans sur un cancer dont classiquement censé se développer en vingt ou trente ans) ? On est à l’évidence dans un manque de puissance majeure d’une étude statistique et cela n’a évidemment aucune valeur. Il est bien incroyable que la FDA ose faire un communiqué sur de telles données.

 Les résultats réels évalués sur les registres des cancers des pays qui en possèdent et ont largement vacciné leur population.

Pour mettre en évidence la tendance évolutive d’un évènement très rare, il faut disposer de grands échantillons suivis longtemps. Et le plus probant d’entre eux est l’ensemble des vaccinées. On dispose avec les registres des cancers de données statistiques indiscutables portant sur l’ensemble des populations de quatre pays suivies 7 à 9 ans (de 2007 à 2016). Ces données rapportent une toute autre histoire que la légende dorée des laboratoires diffusée par la FDA. Dans tous les pays qui ont largement vacciné leurs jeunes filles, l’incidence des cancers invasifs a fortement augmenté (dépassant parfois les 100%) dans les classes d’âge vaccinées[15] [16]. Nous avons largement rapporté ces analyses des registres dont les conclusions se confirment avec les mois qui passent.[17] [18] Ainsi, malheureusement le taux de cancer du col chez les vaccinées augmente par rapport aux femmes non vaccinées. Effet paradoxal délétère qui justifierait d’institutions responsables au moins un moratoire de plusieurs années et des études scientifiques indépendantes pour comprendre le phénomène.

JPEG - 72.1 ko
JPEG - 108.9 ko
JPEG - 91 ko
JPEG - 124.5 ko

Alors que croire ? Un chiffre magique prétendument obtenu par une petite étude, incapable de l’établir et même pas référencée par la bibliothèque du congrès américain[19], ou bien les statistiques officielles des registres des cancers portant sur des centaines de milliers de femmes suivies près de dix ans ?

Pour les infections à HPV, les résultats annoncés dans le communiqué ressemblent à ce qui est rapporté chez les plus jeunes filles, mais sont extrêmement suspects pour des femmes de 27 à 45 ans en regard des données acquises de la science ; en effet tous les essais publiés ont montré que l’infection survient tôt (dès les premiers contacts sexuels) et que le vaccin est inefficace lorsque l’infection est installée[20] ; c’est d’ailleurs pour cette raison que toutes les campagnes de vaccination ciblent préférentiellement les très jeunes filles (11-13 ans) et que les organismes officiels continuent de vacciner préférentiellement les vierges. On en est loin avec l’extension autorisée par la FDA dans ce communiqué pour les femmes de 27 à 45 ans.

Comment pourrait-on croire que le vaccin serait brutalement devenu efficace chez ces femmes a priori déjà contaminées par le virus ? Et de toute manière, ce chiffre ne concernerait que les neuf souches de HPV parmi les 150 à tropisme humain et les 18 souches supposées oncogènes. Quel intérêt pour les femmes de prévenir une infection qui ne donne aucun trouble et disparaît spontanément toute seule en moins de deux ans dans 90% des cas ?[21]

Indications du Gardasil

Le gardasil ne traite ni le cancer ni les infections comme le précise la notice de Merck, et ne prévient que les infections. Quant au cancer, le labo met en garde sur l’absence de données démonstratives de sa prévention (ainsi que la HAS en France). Pour éviter les procès ?

Or l’indication officielle du vaccin et la motivation éventuelle des parents est d’abord la prévention du cancer ; le critère combiné de la FDA n’est qu’une invention publicitaire sans aucune signification médicale mais qui a permis à la FDA de prétendre réduire de 88% le nombre de femmes (1,45 sur 3200) qui auraient pu souffrir de cancer invasif !

 REVENIR AU ROLE PROTECTEUR DES AGENCES SANITAIRES

Son utilisation et sa large diffusion prouvent que la propagande marchande représente le but réel de ce communiqué. Comment pourrait-on faire encore confiance à une institution qui fournit des données aussi peu fiables ? Il est grand temps que l’état américain impose à la FDA de remplir à nouveau la mission pour laquelle elle a été créée : garantir la sécurité sanitaire des populations et cesser d’agir comme un agent promotionnel des nouveautés pharmaceutiques au résultat incertain.

JPEG - 111.7 ko

[1] In a study in approximately 3,200 women 27 through 45 years of age, followed for an average of 3.5 years, Gardasil was 88 percent effective in the prevention of a combined endpoint of persistent infection, genital warts, vulvar and vaginal precancerous lesions, cervical precancerous lesions, and cervical cancer related to HPV types covered by the vaccine. The FDA’s approval of Gardasil 9 in women 27 through 45 years of age is based on these results and new data on long term follow-up from this study. Cf ref 4

[2] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-innovation-en-cancerologie-quels-202718

[3] Cancer Drugs Approved on the Basis of a Surrogate End Point and Subsequent Overall Survival An Analysis of 5 Years of US Food and Drug Administration Approvals JAMA Intern Med. 2015 ;175(12):1992-1994

[4] L’étalon or d’efficacité en cancérologie est le taux de survie globale à long terme (généralement pourcentage de malades vivant à cinq ans) mais les entreprises du médicament utilisent essentiellement le taux de réponse de la tumeur ou ce qu’elles appellent durée de survie sans progression (en fait durée de stabilité tumorale) ; détails de ces modifications de critères dans le livre « médicaments peu efficaces,souvent toxiques et hors de prix. N et G Delépine Michalon Ed 2017.

[5] Tout juge convaincu d’avoir reçu un quelconque avantage d’un plaideur serait immédiatement sanctionné

[6] Un très célèbre policier a été récemment condamné pour ce motif

[7] https://www.fda.gov/news-events/press-announcements/fda-approves-expanded-use-gardasil-9-include-individuals-27-through-45-years-old

[8] “Effectiveness of Gardasil 9 in men 27 through 45 years of age is inferred from the data described above in women 27 through 45 years of age, as well as efficacy data from Gardasil in younger men (16 through 26 years of age) and immunogenicity data from a clinical trial in which 150 men, 27 through 45 years of age, received a 3-dose regimen of Gardasil over 6 months.” dans la même note de la FDA du 5 oct 2018

[9] On complète un petit pâté d’alouette avec de la viande de cheval pour vendre un produit avec des ingrédients prétendument à égalité (un cheval, une alouette)

[10] Critère de jugement choisi d’un essai ; « endpoint » = détection de point final auquel on va juger la réponse de l’étude

[11] combined endpoint of persistent infection, genital warts, vulvar and vaginal precancerous lesions, cervical precancerous lesions, and cervical cancer related to HPV types covered by the vaccine

[12] Incidence brute : nombre de nouveaux cas chaque année pour 100000 femmes

[13] Soit le taux de cancer rapporté à une population standardisée

[14] SEER Cervix Uteri Cancer Recent Trends in SEER incidence rates, 200-2016 by age all races

[15] Delépine Agoravox confirmation https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gardasil-augmentation-du-taux-de-218354

[16] https://mailchi.mp/childrenshealthdefense.org/kennedy-news-views-has-gardasil-really-eliminated-cervical-cancer-in-australia-the-facts-free-rfk-jr-presentationlive?e=79d0682f9e avec les courbes établies par le dr gerard delepine à partir des REGISTRES OFFICIELS DES CANCERS.

[17] « hystérie vaccinale gardasil et cancer un paradoxe ? N et G Delépine éd Fauves nov 2018

[18]https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gardasil-augmentation-du-taux-de-218354

[19] Pubmed accessible gratuitement par internet met à disposition du public la plus grande base de données médicales du monde qu’il s’agisse d’articles publiés ou d’essais médicaux ; sa consultation ne nous a pas permis de retrouver de publication de l’étude évoquée par la FDA.

[20] Cette inefficacité curative du vaccin est d’ailleurs spécifiée dans la notice du Gardasil

[21] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/infection-n-est-pas-cancer-a-214130