Levothyrox : «L’ANSM n’a pas été à la hauteur et le pouvoir politique a sa responsabilité»

Ancien vice-président de l’Agence du médicament, Claude Pigement publie un ouvrage éclairant sur les dysfonctionnements qui ont mené à la crise de ce médicament de la thyroïde.

 « Les autorités comme les médecins ont refusé de reconnaître qu’ils ne savaient pas et ont préféré dire qu’il n’y avait rien à voir » confie Claude Pigement.
« Les autorités comme les médecins ont refusé de reconnaître qu’ils ne savaient pas et ont préféré dire qu’il n’y avait rien à voir » confie Claude Pigement.  LP/Yann Foreix

Par Florence MéréoLe 7 novembre 2019 à 18h53

Claude Pigement, 74 ans, n’est pas un petit nouveau dans le monde sanitaire. « Monsieur Santé » du Parti socialiste pendant vingt-trois ans, il fut ensuite vice-président de l’Agence du médicament (ANSM) de 2013 à novembre 2018. Là, il a vécu de l’intérieur plusieurs crises sanitaires ( pilules de 3e et 4e générations, implants mammaires) dont celle du Levothyrox à laquelle il consacre un livre nuancé et politique (« Levothyrox, une scandaleuse négligence, 3 millions de patients mis en danger », avec Youness Bousenna, Ed. l’Archipel, 191 pages, 18 €.).

Ce médecin nous plonge dans les coulisses d’u

Suite réservée aux abonnés

(Le docteur Pigemon gastro entérologue que nous avions rencontré à Paris en mars 2019 entre Florence Méréo, Anny Duperey et nos conseillers scientifiques