Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : “C’est inquiétant, on se pose plein de questions”

© Amandine Plougoulm - France Télévisions
© Amandine Plougoulm – France Télévisions

10 enfants touchés par des cancers dans cinq communes du Haut-Jura. L’annonce de l’ouverture d’une enquête épidémiologique par l’agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté a surpris parents et élus. Réactions dans la station des Rousses. 

Par Sophie CourageotPublié le 15/11/2019 à 11:51 Mis à jour le 15/11/2019 à 18:47Ce matin, la neige est tombée sur le Haut-Jura. Comme une traînée de poudre, de nombreux parents de l’école des Rousses ont appris par les journaux la nouvelle. L’ARS Bourgogne-Franche-Comté a ouvert une enquête après avoir été informée en juillet d’un « nombre anormalement élevé de cancers touchant des enfants » au sein de la population. 10 enfants ont développé des cancers sur les communes des Rousses, de Morbier, de Morez, de Saint-Pierre et de Prémanon. Les enfants concernés étaient âgés de 6 mois à 13 ans au moment du diagnostic » a expliqué l’ARS.

« C’est inquiétant. Je ne veux pas faire le rapprochement avec les bébés mal formés dans certaines régions, mais il y a de plus en plus d’incidents comme ça. On peut se poser des questions sur la santé publique en France » explique un père amenant son enfant à l’école. « Nous en montagne, on devrait être préservé par notre environnement… On est sensé avoir un air sain, en pleine nature, mais on est à l’abri nulle part. C’est dû à quoi, des arrières de Tchernobyl ? De la pollution, trop de voitures, on se pose des questions » ajoute le père de famille.

D’autres parents semblent plus sereins vis à vis des 10 cas annoncés par l’ARS. « Une personne lambda n’a pas à donner son avis là-dessus pour l’instant. On va laisser tranquillement l’ARS faire son enquête là-dessus. Les cas de leucémies sont clairement plurifactoriels. Vous ne pouvez pas trouver une cause comme cela en un jour, il va falloir des mois » confie au micro de France 3 Franche-Comté un papa devant l’entrée de l’école. 

Les Rousses (Jura) : enquête de l’agence régionale de santé sur des cancers pédiatriques
Reportage S.Poirier, A.Plougoulm


Pourquoi cette série de cancers sur une même zone de montagne ?

10 cancers dans 5 communes voisines. Derrière ces chiffres, il y a des enfants, des familles pour qui l’enquête de l’ARS risque bien de raviver la douleur. Ont-ils un dénominateur commun ? Une cause qui serait identifiable ? Ce sera tout le travail que mènera l’organisme Santé Publique France a qui est confié l’enquête épidémiologique. Les familles sont partagées entre silence, colère et inquiétudes à l’annonce de « cluster » de cancers pédiatriques dans le Haut-Jura. Un cluster de cancer est une occurrence de cancers plus élevée que la normale au sein d’une population donnée, dans une aire géographique déterminée ou sur une période de temps donnée.

Du côté des élus, ils sont également dans l’attente d’informations. Plusieurs maires ont refusé de s’exprimer devant notre caméra. Le maire des Rousses Bernard Mamet affirme avoir découvert hier le communiqué de l’Agence Régionale de santé annonçant l’ouverture d’une enquête épidémiologique. Les élus connaissaient au cas par cas des enfants malades, il n’avait pas connaissance d’une possible densité au-delà de la normale dans leur secteur. 

À Prémanon, même situation pour Nolwenn Marchand, maire de la commune. Joint par téléphone, l’élu s’interroge : « Je découvre complétement. On tombe des nues. On se pose la question de savoir ce qui peut expliquer ces statistiques. On pense à l’eau, aux bâtiments, au radon, mais nous ne sommes pas dans une zone particulièrement concernée, aux pesticides, mais ici il y a pas mal d’agriculteurs bio… Les enfants concernés sont jeunes et pour certains ne vont même pas à l’école » déclare le maire. 

« On attend avec impatience les résultats de l’enquête épidémiologique de l’ARS. On se méfie aussi des statistiques, car il y en a parfois qui ne s’expliquent pas. Tant qu’on n’a pas plus d’informations, on ne peut pas faire plus » ajoute le maire de Prémanon.