CORONAVIRUS CHINOIS : UNE CARTE EN TEMPS RÉEL POUR SUIVRE L’ÉVOLUTION DE L’ÉPIDÉMIE

 Le coronavirus est, pour le moment, surtout concentré en Chine, particulièrement dans la région de Wuhan où il est apparu.[Capture]

Alors que le mystérieux coronavirus chinois semble se propager de plus en plus, une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie en temps réel.

La carte, disponible ICI, a été mise au point par des chercheurs de l’université américaine Johns-Hopkins. Elle répertorie tous les cas confirmés dans le monde, ainsi que ceux suspectés. Elle est mise à jour en temps réel.closevolume_off

«Nous pensons qu’ils est important que le public comprenne la situation à mesure qu’elle se déroule», explique à la télévision américaine Lauren Gardner, qui dirige l’équipe en charge de cette carte.

SUR LE MÊME SUJETSCIENCESerpents et chauve-souris à l’origine du coronavirus chinois ?

PREMIERS CAS EN FRANCE

Comme on peut le voir, le coronavirus est, pour le moment, surtout concentré en Chine, particulièrement dans la région de Wuhan où il est apparu. Plusieurs autres cas sont également répertoriés dans les pays limitrophes. Les Etats-Unis, l’Australie sont également touchés, tout comme la France France, qui a confirmé trois cas avérés, les premiers en Europe.

Ce lundi 27 janvier, le nombre de victimes de l’épidémie de pneumonie virale en Chine a bondi à 82 et plus de 2.700 cas ont été confirmés dans le pays, alors que la France et les Etats-Unis préparent l’évacuation de leurs ressortissants de la zone en quarantaine. 

SERPENTS ET CHAUVE-SOURIS À L’ORIGINE DU CORONAVIRUS CHINOIS ?

Par CNEWS – Mis à jour le 24/01/2020 à 06:13 Publié le 23/01/2020 à 18:31

 Le coronavirus aurait muté chez la chauve-souris.[HO / BRITISH HEALTH PROTECTION AGENCY / AFP]

L’origine du coronavirus venu de Chine, qui a déclenché une épidémie de pneumopathies au-delà des frontières du pays, se précise.

Selon une étude publiée mercredi 22 janvier dans Journal of Medical Virology, les serpents pourraient être à l’origine du virus.

SUR LE MÊME SUJETSANTÉMystérieux virus chinois, en direct : «aucun cas douteux» n’a été recensé en France, assure Agnès Buzyn

On savait déja que l’épidémie était partie d’un marché à Wuhan, et que le virus s’était transmis d’un animal à l’Homme.

Les scientifiques à l’origine de cette étude ont ainsi analysé la séquence exhaustive du virus pour la comparer avec les autres types de coronavirus présents dans l’organisme d’animaux présents sur ce marché. Et ils sont nombreux : oiseaux, chauves-souris, marmottes, serpents…

UNE MUTATION DU VIRUS

Et les conclusions des chercheurs sont les suivantes : le coronavirus aurait muté dans un premier temps chez la chauve-souris, avant de muter une seconde fois chez le serpent.

La synthèse du code génétique du virus appelé aussi nCov prélevé chez des chauves-souris a révélé la présence de protéines appartenant à celles que l’on retrouve chez les serpents. Or, les serpents sont des prédateurs de chauves-souris. 

La mutation du coronavirus originel, qui infectait les chauves-souris, serait ainsi une «recombinaison cellulaire» de protéines qui lui servaient à s’accrocher aux récepteurs des cellules hôtes. C’est cette mutation qui aurait permis au virus de passer d’une espèce à l’autre, d’abord chez les serpents, puis chez l’Homme.

Ces conclusions doivent encore être confirmées par des études supplémentaires. Mais en apprenant à connaître le virus, les scientifiques peuvent espérer mettre au point des vaccins et des traitements pour éviter une pandémie.