Alignements de prix : le Gemme sonne l’alerte

ACTUALITÉ

L’association réclame la publication rapide de l’arrêté permettant d’éviter un alignement des prix dans les nouveaux groupes génériques.

© adobestock_pavelis

« Le pa­tient gé­né­rique ne va pas ex­trê­me­ment bien parce que son mar­ché ne se dé­ve­loppe pas », diag­nos­tique Pas­cal Brière, vice-pré­sident du Gemme (Gé­né­rique, même mé­di­ca­ment), évo­quant « une an­née plate en 2019 après une an­née molle en 2018. » En cause, les sem­pi­ter­nelles baisses de prix et une nou­velle me­nace, le risque de voir les la­bo­ra­toires prin­ceps ali­gner leurs prix sur ceux des gé­né­riques. Un « ef­fet col­la­té­ral » de la ré­forme en vi­gueur de­puis le 1er jan­vier pré­voyant un rem­bour­se­ment moindre pour les pa­tients qui re­fu­se­raient la sub­sti­tu­tion sans rai­son mé­di­cale jus­ti­fiée.

Les gé­né­ri­queurs ré­clament l’ar­rêté

Le Gemme de­mande donc la pa­ru­tion « dans les plus brefs dé­lais » de l’ar­rêté prévu par la LFSS 2020, re­pous­sant de deux ans l’ap­pli­ca­tion de cette me­sure pour les gé­né­riques nou­vel­le­ment com­mer­cia­li­sés. Faute de quoi, es­time Pas­cal Brière, en­vi­ron 90 groupes gé­né­riques risquent d’être concer­nés par un ali­gne­ment de prix. « Il est contre-pro­duc­tif de ne pas faire pa­raître cet ar­rêté. Tant qu’on n’a pas cette pro­tec­tion, on pour­rait se po­ser la ques­tion de ne pas lan­cer un gé­né­rique », sou­ligne-t-il. 

Par Hélène Bry

31 Janvier 2020