Coronavirus : comment télécharger l’attestation de déplacement dérogatoire ?

Les pharmacies acceptent les ordonnances périmées en cas de traitement chronique 

En raison de la crise sanitaire, le texte prévoit une mesure exceptionnelle. Les personnes qui suivent un traitement chronique, considérées comme à risque, pourront demander leur traitement à une pharmacie, même avec une ordonnance expirée. 

“Afin d’éviter toute interruption de traitement préjudiciable à la santé du patient, les pharmacies d’officine peuvent dispenser, dans le cadre de la posologie initialement prévue, un nombre de boîtes par ligne d’ordonnance garantissant la poursuite du traitement jusqu’au 31 mai 2020”, précise l’arrêté. 

Et ces médicaments seront “pris en charge par les organismes d’assurance maladie” s’ils sont éligibles au remboursement.

La pandémie a fait plus de 7 000 morts dans le monde, notamment en Europe, où le nombre de malades a explosé ces derniers jours. L’Union européenne ferme toutes ses frontières pour trente jours, a annoncé le président français.en directparamètresautomatique (supérieure)qualité vidéo adaptée à votre connexionminiqualité vidéo minimale pour réduire l’utilisation des donnéescompactequalité vidéo ajustée pour conserver une qualité satisfaisantestandardqualité vidéo intermédiairesupérieuremeilleure qualité vidéo disponible0.250.50.75normale1.251.51.75stopsous-titresson (m)plein écran (f)

Thomas BaïettoJuliette CampionCatherine Fournier

Mis à jour le 17/03/2020 | 14:54
publié le 17/03/2020 | 06:06CE QU’IL FAUT SAVOIR

La lutte contre le nouveau coronavirus va aussi passer par les maisons d’arrêt. Le ministère de la Justice a indiqué mardi 17 mars que les parloirs organisés pour que les détenus puissent échanger avec leurs proches durant leur peine seraient suspendus jusqu’au 31 mars. Une mesure annoncée à l’heure où le confinement de la population entrait en vigueur en France.

>> Coronavirus : aller au travail, voir des proches, faire du sport… Que sera-t-il possible (ou non) de faire pendant la période de confinement ?

Les contaminations au Covid-19 ont marqué une nouvelle progression dans le pays, lundi. En effet, 1 210 cas avérés et 21 décès supplémentaires ont été enregistrés en 24 heures, portant le total à 148 décès et 6 633 cas détectés depuis le début de l’épidémie en France, selon Santé publique France.

 Ni couvre-feu, ni recours à l’article 16 pour l’instant. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a indiqué lors du compte-rendu du Conseil des ministres organisé à l’Elysée que la mise en place d’un couvre-feu n’était pour l’heure pas à l’agenda de l’exécutif. Par ailleurs, l’activation de l’article 16 de la Constitution, qui permet l’attribution de pouvoirs exceptionnels au chef de l’Etat, n’est « absolument pas envisagée », a-t-elle ajouté.

 L’Assemblée nationale reprendra ses travaux jeudi, en « format restreint ». Une séance de questions d’actualité au gouvernement est également prévue jeudi à 9 heures, lors de laquelle « seuls les orateurs et les présidents de groupe seront présents dans l’hémicycle ». « L’examen en commission puis en séance du projet de loi de finances rectificative se déroulera jeudi, et celui du projet de loi ordinaire sur les mesures d’urgence liées à la crise du coronavirus Covid-19 vendredi », a ajouté le titulaire du perchoir, Richard Ferrand (LREM), après une audioconférence des présidents de groupes de l’Assemblée.

 Encore moins de trains. Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé que le gouvernement allait encore réduire « la cadence et la fréquence des trains, notamment longue distance » en France, pour limiter la propagation du virus, alors que de nombreuses personnes quittent les grandes villes pour aller à la campagne. L’objectif est d’« éviter ces phénomènes ‘d’exode' ». « Nous appelons chacun à la responsabilité », a déclaré le ministre sur la chaîne LCI.

 100 000 policiers mobilisés. Le dispositif de contrôle des déplacements mis en place mardi mobilisera 100 000 membres des forces de l’ordre, a déclaré le ministre de l’Intérieur. « Ce dispositif reposera sur des points de contrôle fixes mais aussi des points de contrôle mobiles, à la fois sur les axes principaux mais aussi sur les axes secondaires, partout sur le territoire national », a-t-il dit lors d’une conférence de presse. Dès lundi soir, Christophe Castaner a donné ordre aux forces de sécurité intérieures de se déployer sur le terrain et de préparer la mise en place des contrôles.

 Un document à télécharger ou recopier pour se déplacer. Toutes les personnes devront être en mesure de justifier leurs déplacements, y compris les piétons. « Chaque personne devra se munir d’un document attestant sur l’honneur (…) la nature de son déplacement, sa destination et ses raisons », a précisé Christophe Castaner. Ce document est téléchargeable

Pour limiter la propagation du covid-19, les Français ont l’ordre de rester chez eux et de ne sortir qu’en cas de nécessité. En cas de contrôle, il faudra montrer une attestation de déplacement dérogatoire aux forces de l’ordre. Voici comment l’obtenir.

Le Président de la République Emmanuel Macron l’a annoncé hier soir, 16 mars 2020.  À partir d’aujourd’hui, 17 mars 2020 à 12h, et pour une durée de quinze jours, les français doivent rester confinés chez eux.

Pour faire respecter cette mesure, plus de 100 000 policiers vont être déployés sur tout le territoire afin de contrôler les déplacements de la population. Ceux qui doivent impérativement se déplacer devront, en cas de contrôle, présenter une pièce d’identité ainsi qu’une attestation de déplacement dérogatoire aux forces de l’ordre pour justifier leur déplacement.

Une attestation de déplacement à télécharger

Il existe en effet plusieurs motifs pour lesquels les Français sont toujours autorisés à se déplacer :

  • déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements professionnels ne pouvant être différés
     
  • déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr)
     
  • déplacements pour motif de santé
     
  • déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants
     
  • déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie

Les personnes qui ne respecteraient les règles mises en place s’exposent à une contravention de 38 € qui pourra évoluer jusqu’à 135 euros. Ceux qui n’auraient pas la possibilité d’imprimer cette attestation pour effectuer leurs déplacements peuvent la reproduire sur papier libre, a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

>>>>> Télécharger l’Attestation de déplacement dérogatoire <<<<<
 

Source : Ministère de l’Intérieur

 (ou à recopier sur papier libre) sur le site du ministère de l’Intérieur et le sera progressivement sur l’ensemble des sites publics. « La violation de ces règles, actuellement punie d’une amende de 38 euros, pourrait être portée très rapidement à un niveau supérieur qui pourrait être de 135 euros », a prévenu le ministre de l’Intérieur. Des exceptions pourront être tolérées, notamment pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail quand ils sont indispensables, ou pour faire des courses de première nécessité (aliments, produits d’hygiène).

 Une réunion extraordinaire des 27 pays de l’UE. Mardi, une réunion extraordinaire des 27 dirigeants de l’Union européenne se déroulera afin de mettre en œuvre les mesures annoncées ces dernières heures par les pays membres et de coordonner la lutte contre l’épidémie.

Coronavirus : cinq questions sur l’attestation nécessaire pour sortir de chez soi durant le confinement

Depuis mardi à midi, les Français sont priés de rester chez eux et de limiter leurs sorties au strict nécessaire. Franceinfo répond aux questions qui se posent sur l’attestation dont il faut se munir pour se déplacer.

Une femme quitte une pharmacie pendant l\'épidémie de Covid-2019, le 16 mars 2020, à Cannes (Alpes-Maritimes),
Une femme quitte une pharmacie pendant l’épidémie de Covid-2019, le 16 mars 2020, à Cannes (Alpes-Maritimes), (FREDERIC DIDES / HANS LUCAS / AFP)
avatar

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 17/03/2020 | 14:55
publié le 17/03/2020 | 12:12PartagerTwitterEnvoyerLA NEWSLETTER ACTUNous la préparons pour vous chaque matinFrance Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters. Pour exercer vos droits, contactez-nous. Pour en savoir plus, cliquez ici.il y a 16 minutes« Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu » : Agnès Buzyn affirme avoir alerté l’exécutif sur la gravité du coronavirus dès janvier

« Le mot d’ordre est clair : restez chez vous ! » Le ministre de l’Intérieur a donné, lundi soir, les modalités du confinement pour limiter la propagation du coronavirus. Ces mesures sont entrées en vigueur mardi 17 mars, à midi. Les Français peuvent sortir pour certaines activités, comme les courses, mais doivent présenter un « document attestant sur l’honneur le motif » du déplacement. Franceinfo répond à cinq questions qui se posent sur ce dispositif.

>> Suivez en direct l’évolution de la situation en France, touchée par l’épidémie de Covid-19

Quels déplacements sont autorisés avec ce document ?

Le confinement strict mis en place mardi interdit aux Français de sortir de chez eux, sauf dans certains cas : pour aller travailler, si le télétravail est impossible ; pour faire ses courses ; pour se soigner ; pour « un motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants » ; pour les déplacements brefs, par exemple pour pratiquer une activité sportive (sans se regrouper) ou sortir son chien.

Une attestation de déplacement dérogatoire devra justifier de ces raisons valables de quitter son domicile. « Il appartiendra à chacun de la remplir pour préciser la nature de son déplacement, sa destination et ses raisons », a expliqué Christophe Castaner.