NOTE D’INFORMATION POUR LES USAGERS – MARS 2020

SITUATIONS JUSTIFIANT UN DEPLACEMENT L’attestation nécessaire pour circuler est disponible ici. Vous pouvez la télécharger et l’imprimer ou la recopier sur papier libre si vous n’avez pas d’imprimante. Vous pouvez également demander à votre pharmacien de vous l’imprimer.

CONSIGNES SANITAIRES ET POPULATIONS à RISQUE https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus#xtor=SEC-3-GOO-[{adgroup}]- [425080454110]-search-[covid]

QUEL COMPORTEMENT ADOPTER EN CAS DE SYMPTOME Si j’ai des symptômes (toux, fièvre, essoufflements, maux de tête) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je n’appelle le SAMU (15) et je me rends à l’hôpital qu’en cas de forte fièvre et de difficulté à respirer ou d’essoufflements importants. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. DOIS-JE ENVISAGER

LA TELECONSULTATION AVEC UN MEDECIN GENERALISTE ? La téléconsultation est une solution à envisager pour avoir une vraie réponse médicale à vos inquiétudes, si vous connaissez un médecin qui la pratique, vous pouvez demander à votre ARS qui doit avoir une liste. Toutefois, dans certaines situations, elle pourra être insuffisante pour poser l’ensemble du diagnostic et devra donc être prolongée par une consultation présentielle. C’est au médecin qu’il revient d’apprécier à tout moment la possibilité de poursuivre la téléconsultation en cours ou d’organiser une consultation physique, notamment quand une exploration plus fine du système respiratoire est requise. Source : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid-19_doctrine_ville_v16032020finalise.pdf QUEL

MATERIEL EST NECESSAIRE POUR FAIRE UNE TELECONSULTATION ? Il vous faut vérifier que vous possédez bien :  Une connexion internet avec un débit suffisant  Un ordinateur avec vidéotransmission Vous devez être un minimum à l’aise avec l’outil informatique et avoir les capacités pour réaliser la téléconsultation : état cognitif, état psychique, état physique (vue, audition) 2 NOTE D’INFORMATION POUR LES USAGERS – MARS 2020 maitrise de la langue etc. Si vous ne l’êtes pas faites-vous accompagner par un proche ou un professionnel de santé (infirmiers par ex) ! Votre carte vitale / une carte bancaire doit être à portée de main. Voici une synthèse patient réalisée par la Haute Autorité de Santé (HAS) :

https://www.hassante.fr/upload/docs/application/pdf/2019-07/fiche_dinformation_du_patient_teleconsultation.pdf Comment faire mon choix de plateforme ? Le ministère de la santé est en train de lister les prestataires proposant des téléconsultations COVID 19. Liste du ministère de la santé bientôt disponible (recensement en cours) En attendant un article référençant un certain nombre de plateformes :

https://www.maddyness.com/2018/12/04/startups-teleconsultation-france-europe/ Comment va se dérouler ma téléconsultation ? Etapes successives d’une téléconsultation : 1. Planification, préparation du rendez-vous de téléconsultation : un rendez-vous est planifié entre le patient et le médecin ; 2. Réalisation de l’acte de téléconsultation : un échange par vidéotransmission a lieu entre le médecin et le patient qui peut être accompagné d’un représentant légal s’il est âgé de moins de 16 ans et/ou d’un professionnel de santé accompagnant ; 3. Conclusion de l’acte de téléconsultation : à l’issue de la téléconsultation, le médecin téléconsultant peut établir une prescription et un compte rendu de l’acte qu’il transmet au patient, à son médecin traitant ainsi qu’au professionnel de santé accompagnant, le cas échéant ; 4. Paiement et facturation : le patient peut être amené à payer l’acte de téléconsultation, le médecin transmet la feuille de soin à l’assurance maladie. Sources : https://esante.gouv.fr/projets-nationaux/telemedecine L’environnement physique du patient doit permettre de réaliser la consultation dans de bonnes conditions (lieu calme, son et image de bonne qualité, luminosité adaptée, distance

3 NOTE D’INFORMATION POUR LES USAGERS – MARS 2020 face à la caméra adaptée). Le patient et/ou son accompagnant est (sont) formé(s) à l’utilisation du matériel. Une notice d’utilisation est mise à disposition. Source : guide HAS sur la téléconsultation Quelles sont les modalités de remboursement ? Vais-je être remboursé même si je fais la téléconsultation avec un médecin qui n’est pas mon médecin traitant ? Un décret (Le décret n°2020-227 du 9 mars 2020) prévoit, à titre transitoire et exceptionnel, jusqu’au 30 avril 2020, que pour les personnes infectées par le coronavirus ou pour lesquelles une suspicion existe, si le médecin traitant du patient ne propose pas de téléconsultation ou n’est pas disponible, la prise en charge de la téléconsultation est possible, et cela même si le médecin ne connaît pas le patient concerné. Exceptionnellement, l’Assurance maladie complémentaire va rembourser à 100 % les téléconsultations pour suspicion de COVID-19 (au lieu du 70% assurance maladie/30 % complémentaire). Le directeur général de la santé a précisé : « Lorsque vous pensez être atteint par le Covid-19 la téléconsultation est possible avec votre médecin traitant, mais aussi avec un médecin de permanence ou un médecin sur l’ensemble du territoire national, même si ce médecin n’est pas votre médecin traitant. […] Privilégiez cette prise en charge à distance lorsqu’elle est possible, c’est vraiment le mot d’ordre que l’on veut faire passer ce soir pour les patients, pour les médecins et infirmiers de ville. Ces derniers pourront réaliser un suivi à distance de leurs patients en télésuivi, que les médecins pourront prescrire. Seront également permis les suivis à distance pour les femmes enceintes et les sages-femmes. Les téléconsultations pour coronavirus doivent être prises en charge a 100 ». Le médecin doit préciser via son logiciel de téléconsultation les modalités de règlement de sa consultation : – virement bancaire, – chèque, – paiement en ligne, – ou application du tiers payant. Source : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=137B7BC7EDAF75CF01A8D953861E3858.t plgfr33s_1?cidTexte=JORFTEXT000041704122&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJ O=JORFCONT000041704068

MEDICAMENTS, QUELLE CONDUITE A TENIR ? QUELS MEDICAMENTS PRENDRE EN CAS DE FIEVRE Recommandation générale : je n’arrête pas mes traitements habituels sans avis médical ! Y compris des traitements anti-suppresseurs suite à une greffe d’organe.  Il est tout à fait déconseillé de prendre des anti-inflamatoires et du doliprane en même temps ;  Si vous prenez déjà un traitement anti-inflammatoire de façon répétée (ibuprofène, cortisone, Advil, Nurofen) demandez conseil à votre médecin (par téléphone/ téléconsultation). 4 NOTE D’INFORMATION POUR LES USAGERS – MARS 2020  Les traitements anti-inflamatoires sont déconseillées dans le traitement d’une infection au coronavirus.  Si vous prenez des traitements contre l’asthme et la BPCO, il ne faut pas arrêter vos traitements même s’ils contiennent des corticoïdes inhalés (à ne pas confondre avec des traitements anti-inflammatoires). L’arrêt intempestif de ces traitements peut en effet conduire à une exacerbation de l’asthme ou de la BPCO ». Demandez conseil à votre médecin. En cas de fièvre (ou de douleur légère à modérée) Il est recommandé de prendre du paracétamol en première intention, en respectant la règle de bon usage « prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible ».  Paracétamol et foie : une toxicité à connaître respecter les informations de bon usage adossées au verso des boites de médicaments : dose maximale par prise et par jour, respect du délai entre 2 prises, exclusion de la prise d’un autre médicament contenant du paracétamol : https://www.vidal.fr/actualites/23519/paracetamol_et_risque_hepati que_ajout_d_un_message_d_alerte_sur_les_boites/  Il n’est pas recommandé de prendre de traitement anti-inflammatoire (ibuprofène, cortisone, Advil, Nurofen), compte tenu du risque potentiel d’infections graves mis en évidence suite à la prise d’ibuprofène ou de kétoprofène. La prise d’antiinflammatoires pourrait également être un facteur d’aggravation de l’infection. JE SUIS MALADE CHRONIQUE ET JE DOIS RENOUVELER MON ORDONNANCE, QUE FAIRE ? Je me rends en pharmacie d’officine avec mon ordonnance périmée en respectant les gestes barrières. Si je le peux ou si un proche peux le faire à ma place je m’adresse à la pharmacie d’officine avec mon ordonnance périmée en respectant les gestes barrières. Votre médecin peut transmettre si besoin l’ordonnance directement à la pharmacie. A titre exceptionnel, les pharmacies d’officine peuvent dispenser un nombre de boîtes par ligne d’ordonnance garantissant la poursuite du traitement jusqu’au 31 mai 2020 (à l’exclusion des médicaments stupéfiants). Les médicaments dispensés sont pris en charge par les organismes d’assurance maladie dans les conditions du droit commun. Si mes traitements habituels ne sont pas disponibles : mon pharmacien d’officine peut me proposer une alternative (éventuellement votre pharmacien contactera votre médecin).