Soyez nombreux à venir au TGI de Toulouse le 10 septembre à 9h.

Votre mobilisation est capitale.

On peut essayer d’organiser un covoiturage des régions

Contacter les permanences de l’AFMT ou écrivez à

asso.thyroide@gmail.com

Chère Madame, Cher Monsieur,

J’ai eu l’honneur d’être choisi par le collectif des victimes du LEVOTHYROX, représenté par Madame CHEREAU, dans un premier temps pour pouvoir conserver l’usage de l’Eurothyrox, ancien LEVOTHYROX, ce que nous avons pu obtenir devant le Juge des référés de TOULOUSE et devant la Cour d’Appel de TOULOUSE, même si ces décisions, à la demande du laboratoire MERCK, ont fait l’objet d’un pourvoi en Cassation.

Aujourd’hui, nous nous battons pour obtenir enfin l’analyse chimique du nouveau LEVOTHYROX et cette décision devrait normalement être prise par la Cour d’Appel en octobre prochain.

Seule une analyse chimique du médicament nous permettra de connaître les causes réelles de l’empoisonnement qu’ont subi les victimes.

Nous savons déjà que l’étude de bioequivalence n’était pas fiable, comme l’ont confirmé les professeurs TOUTAIN et CONCORDET, ce qui démontre que le nouveau LEVOTHYROX pouvait déclencher des effet secondaires nombreux.

Par ailleurs, nous avons de très fortes raisons de penser que le remplacement du lactose par du Mannitol peut être à l’origine d’une réaction chimique ‘in vivo ». C’est ce que nous espérons pouvoir prouver par la demande d’expertise devant la Cour d’Appel de TOULOUSE et le Tribunal Judiciaire de LYON.

Je précise qu’il n’était pas possible de représenter à TOULOUSE des malades résidant hors de la compétence du Tribunal Judiciaire de TOULOUSE.

Pour tous les autres, nous avons engagé une procédure à LYON, ce que permettent les règles de compétence puisque c’est le Tribunal du domicile du défendeur.

Le liste des demandeurs n’est pas close à ce jour et il est toujours possible, à ceux qui le désirent, de s’y joindre.

Pour terminer, je voudrais saluer ici le travail considérable effectué par Madame CHEREAU dans son collectif et par Madame LHOIR pour l’AFMT, que j’ai l’honneur de représenter dans le procès qui l’oppose à Maître BERTELLA-GEFFROY.

J’ai également une pensée de soutien pour tous ceux d’entre vous qui ont profondément souffert dans leur chair du nouveau LEVOTHYROX.

J’espère que cette année verra enfin la preuve qu’il était bien la cause de cette souffrance et que les préjudices seront réparés.

Je vous prie de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs. Maître Jacques LEVY