Lévothyrox : une Arrageoise dénonce dans un livre la nouvelle formule et ses effets indésirables

Le scandale du Lévothyrox n’est pas clos. En 2017 Sylvie Robache lance une pétition contre la nouvelle formule du médicament. Trois ans plus tard, cette habitante d’Arras publie un livre dans lequel elle dénonce son calvaire.

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/levothyrox-de-lanceuse-d-alerte-une-arrageoise-devient-grand-temoin-1599587553?RelatedContentIds=
En 2017 Sylvie Robache lance une pétition contre la nouvelle formule du Lévothyrox, aujourd'hui elle témoigne de son calvaire
En 2017 Sylvie Robache lance une pétition contre la nouvelle formule du Lévothyrox, aujourd’hui elle témoigne de son calvaire © Radio France – Claire Mesureur

En lançant une pétition en ligne contre la nouvelle formule du Lévothyrox Sylvie Robache a obtenu le statut de « lanceur d’alerte ». L’Arrageoise d’une cinquantaine d’années comprend en 2017 qu’elle est victime des effets indésirables de la nouvelle formule du médicament qu’elle est condamnée à ingurgiter jusqu’à la fin de ses jours.

En 2016 la secrétaire médicale subit une ablation de la glande thyroïde et se trouve contrainte de suivre un traitement à vie. Tous les jours elle devra ingurgiter un comprimé de Lévothyrox pour compenser la perte de sa glande thyroïdienne.  Au début « tout va bien » ou presque quand on est contraint de suivre un traitement quotidien.

Un an plus tard, la quinquagénaire ressent les premières douleurs aux articulations ainsi qu’une immense fatigue et elle commence à perdre ses cheveux. Elle découvre alors que le laboratoire Merks qui commercialise le Lévothyrox qui fait partie de son quotidien a changé la composition du médicament. Sylvie Robache fait aussitôt le rapprochement: « plusieurs malades de la thyroïde témoignaient dans des forums des effets que le médicament avait sur leur vie quotidienne ».

Une pétition signée par des centaines de milliers de personnes

L’Arrageoise comprend alors qu’il faut réagir. « C’est mon côté combattante, ne pas se laisser abattre et comprendre pourquoi il faudrait subir des décisions qui nous dépassent« .  En juin 2017 elle décide de lancer une pétition sur l’internet pour dénoncer le recours du laboratoire Merck à une nouvelle formule du médicament qui provoque, disent les malades de la thyroïde, de nombreux effets secondaires.

Ecouter: Sylvie Robache veut témoigner de son combat mais aussi de celui de toutes les victimes du nouveau Lévothyrox

En quelques jours la pétition recueille des dizaines de signatures et de témoignages, et puis des centaines et finalement des milliers. Le processus est engagé et la machine s’emballe. Plus de 300 mille personnes signent la pétition de Sylvie et elle devient l’égérie d’un vaste mouvement de contestation.

Jamais je n’avais envisagé une telle réaction….

Sylvie Robache est invitée à participer à la manifestation nationale des « victimes » de la nouvelle formule du Lévothyrox. Elle rencontre alors la présidente de l’association nationale des malades de la thyroïde et la comédienne Anny Dupeyre, elle même victime du médicament.

Un livre pour témoigner

Trois ans plus tard Sylvie Robache poursuit son combat. « J’ai toujours aimé lire et je rêvais de devenir écrivain à mon tour« , l’Arrageoise décide d’écrire un livre sur son calvaire de malade et les suites de son combat. « Le scandale du Lévothyrox » est publié aujourd’hui aux éditions Hugo pour que l’on « n’oublie pas les malades » qui sont déterminés à ne pas tomber dans l’oubli.

Certains médicaments peuvent se substituer au Lévothyrox « mais des médecins continuent de le prescrire » s’insurge la lanceuse d’alerte. Ce livre témoignage doit inciter les malades de la thyroïde à ne pas baisser les bras. Et Sylvie n’a pas renoncé à l’écriture, au contraire: « je me suis lancée dans la rédaction d’un roman » confie la quinquagénaire qui a trouvé dans l’écriture une excellente thérapie!

Ecouter: « Le scandale du Lévothyrox » un livre témoignage