Lévothyrox : l’Arrageoise Sylvie Robache demande le remboursement d’un médicament non rembours

  • En 2017, Sylvie Robache lance une pétition pour un retour à l’ancienne formule du Levothyrox, un médicament qui soigne les malades de la thyroïde. Aujourd’hui, elle mène un nouveau combat pour le remboursement du médicament TCAPS (Génévrier).

Par Corentin Pinguet | Publié le02/06/2021 Partager Twitter

Lévothyrox : l’Arrageoise Sylvie Robache demande le remboursement d’un médicament non remboursé

Les années ont passé mais son combat ne s’est pas arrêté. En 2017, l’Arrageoise Sylvie Robache lançait une pétition pour un retour à l’ancienne formule du Levothyrox, un médicament qui soigne les malades de la thyroïde. « En allant sur Internet, j’ai vu qu’on parlait de cette nouvelle formule que j’ai été amenée à prendre. J’ai eu des effets secondaires et ça m’a mise en colère. Beaucoup de personnes ignoraient l’existence de cette nouvelle formule et ne faisaient pas le lien avec leur nouvel état de santé », se remémore Sylvie Robache.

Cette dernière publie alors une pétition pour un retour à l’ancienne formule du Levothyrox, fabriqué par le laboratoire Merck. Près de 344 000 signatures sont recensées aujourd’hui. « Je ne m’attendais pas à ça », glisse Sylvie Robache, qui devient ensuite présidente régionale de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT).

Au final, l’ancienne formule du Levothyrox fait son retour en pharmacie sous le nom « d’Euthyrox ». « Il a fallu se battre, se souvient Sylvie Robache. Certains se sentaient tellement mal avec la nouvelle formule qu’ils ont arrêté leur traitement et sont décédés. On a tout mis sur les gens qui inventaient des symptômes, on n’a pas voulu croire les malades. Il y a eu comme une omerta, même entre médecins, on ne voulait pas en parler. C’est très grave ce qu’il s’est passé », insiste Sylvie Robache.

Aujourd’hui, elle mène un nouveau combat pour le remboursement du médicament TCAPS (Génévrier), un des médicaments qui permet de soigner les patients malades de la thyroïde. En effet, après le scandale de la nouvelle formule du Levothyrox, de nombreux patients ont cherché une nouvelle solution thérapeutique pour retrouver leur équilibre perdu.

Le médicament TCAPS est l’un des médicaments qui permet de soigner les malades de la thyroïde. « Il commence à être connu. C’est un médicament qui existe depuis plusieurs années, aux États-Unis notamment. Il ne contient presque pas d’excipients, il a fait ses preuves », développe Sylvie Robache. Seul problème : il n’est pas remboursé. « Des tas de choses sont remboursées, mais ça non. C’est un médicament qui est vital », s’insurge Sylvie Robache.

Le prix de ce médicament étant libre, le pharmacien peut donc choisir sa «marge» commerciale. Certains n’ayant pas hésité à le vendre jusqu’à 19€/boite. Celle-ci contient 30 comprimés, à prendre une fois par jour.

Mais à l’image de Sylvie Robache, des patients doivent alterner entre le médicament TCAPS avec 137 microgrammes de Lévothyroxine et celui contenant 150 microgrammes, soit deux boîtes à acheter par mois. Pour limiter ces abus, le laboratoire avait décidé d’apposer sur la boîte la mention : «  Prix conseillé » 9,95 € ».

Mais cette mention a été supprimée et depuis plusieurs mois, les prix ont flambé. «  Ce remboursement pourrait prendre la forme , permettant la prise en charge du « reste à charge » par les complémentaires  », précise la pétition en ligne pour le remboursement du médicament TCAPS. À bon entendeur…