Levothyrox : « On ne s’est pas donné les moyens de savoir », admet un ex-responsable de la santé publique

  Lecture 3 minAccueilSanté
Levothyrox : « On ne s’est pas donné les moyens de savoir », admet un ex-responsable de la santé publique
« Officiellement, 122 000 personnes continuent de prendre l’ancienne formule du Levothyrox. Dans la réalité, c’est sans doute beaucoup plus », affirme Claude Pigement. © Crédit photo : photo stéphane lartigue/« so »

Publié le 02/01/2020 à 10h10
Mis à jour le 02/01/2020 à 10h15S’ABONNEREx-administrateur de l’Agence nationale de sécurité du médicament, Claude Pigement dénonce dans un livre « la scandaleuse négligence » des autorités

« Sud Ouest » Peut-on véritablement parler de crise sanitaire à propos de l’affaire du Levothyrox ?

Claude Pigement .Ce n’est pas un scandale comme celui du Mediator. Aucun lien direct entre la prise de ce médicament et un décès n’a pu être établi. Mais c’est une véritable crise sanitaire dont la ministre de la Santé et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) n’ont pas su prendre la mesure… 34 000 effets indésirables ont été officiellement déclarés. La nouvelle formule du Levothyrox a pourri la vie de dizaines de milliers sinon de centaines de milliers de patients.

Claude Pigement
Claude Pigement

Une partie du monde médical et certaines de…LA SUITE DE CET ARTICLE
EST RÉSERVÉE AUX ABONNÉ(E)S.